Valérie Shä Live Blog: Foi VAINE ou Foi QUI SAUVE ? Par Michelle d’Astier de la Vigerie


Accueil |Shabbat , 7ème jour : direct live & archives | Bibles Et Références | Livres | Non merci? | Ami-es catholiques  
Sauvé(e): puis-je perdre mon Salut? | Faire un don | Auteurs et relayeurs: comment bien faire? |


Serait-il possible que la France comprenne enfin qu’Israël n’est finalement pas “le problème” suscitant le terrorisme dans le monde?


mercredi 13 novembre 2013

Foi VAINE ou Foi QUI SAUVE ? Par Michelle d’Astier de la Vigerie




Bible-lumiere 







 

Source:

 
Prédication donnée à Antibes en septembre 2013  Retranscrite par Jocelyne Ubeaud.


Ce matin, j’ai parlé de l’huile et du vin, qui symbolisent ceux qui, sur ordre de Dieu, ne seront pas touchés lorsque le cheval de la disette va être lancé (Apoc 6 :6), et comment faire partie de cette huile et de ce vin, si nous ne voulons pas vivre des temps terribles !

Apocalypse 13 et 14 démontrent qu’il sera donné à la Bête de tuer tous ceux qui n’auront pas été enlevés. Tous les Chrétiens restants seront tués. Une fois que le temps de la grâce sera terminé, ils vont devoir payer de leur vie le fait de rester chrétiens.

Avant de passer aux bonnes nouvelles, je donne d’abord les mauvaises ! On va lire Apocalypse 14. Après on parlera des signes de la vraie foi.
Ce matin on a parlé de la vigne (l’Église), des raisins (le fruit de la vigne) et de l’aboutissement final, quand tout ce qui est impur a été ôté : le vin. Pour nous cela signifie l’acceptation de mourir à soi-même et la sanctification. Seul le vin va être épargné, pas la vigne.
Un autre ange, qui avait autorité sur le feu, sortit de l’autel et s’adressa d’une voix forte à celui qui avait la faucille tranchante (c’est la mort) disant : Lance ta faucille tranchante et vendange les grappes de la vigne (l’Église) de la terre, car les raisins de la terre sont mûrs. Et l’ange jeta sa faucille sur la terre et il vendangea la vigne de la terre et jeta la vendange dans la grande cuve de la colère de Dieu. Et la cuve fut foulée hors de la ville, et de la cuve il sortit du sang qui montait jusqu’aux mors des chevaux (1m50 environ) sur un espace de mille six cents stades. (Apoc 14 :18)
Il s’agit de la vendange de l’Église, celle qui n’aura pas été enlevée. La femme d’Apocalypse 12 représente aussi la vigne, mais aussi Israël, d’où est sorti Christ, puis la première Église. Ce sera le massacre terrible de ceux qui ne font pas partie du vin et n’ont pas leur lampe remplie d’huile. Apoc 14 est un avertissement divin. Nous devons être très vigilants, le tourbillon est de plus en plus rapide, les douleurs de l’enfantement se rapprochent , L’Église doit accoucher de cet enfant* qui doit être enlevé au ciel, la quintessence de l’olivier et de la vigne : l’huile et le vin, l’Épouse de Christ.

* Note: certains exégètes pensent que cet enfant, c’est Christ, qui a été enlevé au ciel… Mais l’Épouse doit aussi être enlevée vers le ciel

Il y a 3-4 ans, Michelle devait faire séminaire sur l’apostasie et Dieu la réveille à 4 heures du matin, le samedi, en lui disant : tu parleras sur la foi ! En préparant le message, elle a réalisé que nous avions souvent tout faux. Nous disons que nous avons la foi, mais nous ne manifestons aucun des fruits de la vraie foi. Aucun ! Or il est écrit que sans la foi on ne peut plaire à Dieu ?

Qu’est-ce que l’homme appelle la foi et qu’est-ce que Dieu appelle la foi ? C’est ce que Dieu dit qui est la Vérité. Beaucoup disent : Je crois en Jésus. Oui, mais en quel Jésus crois-tu ? Paul dit : JE SAIS EN QUI J’AI CRU : la puissance de Dieu accompagnait sa foi ! Amen.

La première fois que j’ai donné ce message, c’était dans une assemblée en Alsace ; je ne connaissais quasiment aucune des personnes présentes. À la fin de la prédication, il y a eu un grand silence, comme un choc de révélation, des gens pleuraient… J’ai appris ensuite qu’il y avait sept pasteurs dans la salle, dont un venait de réaliser qu’il n’était pas converti, un pasteur de longue date ! Lui aussi pleurait.

C’est un message sérieux, vital…

Le Seigneur m’avait déjà beaucoup secouée en 2007 (Annecy) alors que je faisais un séminaire sur la délivrance avec des Chrétiens qui étaient d’apparence solide, et considérés comme chrétiens depuis bon nombre d’années. Tout à coup pendant la louange, le Seigneur ouvre mes yeux spirituels et je vois alors une rangée de cadavres. Sur 80 personnes environ, je ne voyais que 5 personnes vivantes. Je dis au Seigneur que j’avais dû mal voir et me tromper. Mais je savais que c’était bien ce que le Seigneur voulait me montrer, et j’ai immédiatement pensé à ce qui est dit d’une Église en Apocalypse : « tu passes pour être vivant, mais tu es mort… ». Ce fut un vrai choc, car j’ai compris que le plus grand drame actuellement, c’est que beaucoup de gens se croient sauvés, mais n’en n’ont que les apparences et ils sont dans l’illusion.

Te connaissent-ils, toi, le véritable ?

Le Seigneur m’a montré que la plupart ne Le connaissaient pas et ne connaissaient pas Jésus. Un verset m’avait marquée depuis le début de mon appel : L’heure vient où quiconque vous fera mourir croira rendre un culte à Dieu. (Jn 16:2). Depuis que le Seigneur m’a levée dans le ministère, beaucoup de gens me « tuent » avec leur langue , en pensant que c’est juste devant Dieu et que ça Lui plaît. Mais j’ai commencé par être travaillée par le verset suivant, en Jean 16 :3 :
C’est parce qu’ils n’ont connu ni le Père, ni Moi.

Faux dieu, faux Jésus….

Dieu a donné des signes incontournables pour prétendre qu’on était dans la véritable foi. Si nous refusons ces signes de la vraie foi selon Dieu, Satan qui est malin nous fera croire que, « puisque Dieu est bon », nous irons tous au Paradis… Ça, c’est l’évangile de Polnareff, pas l’Évangile de Jésus-Christ qui a averti que très peu passeraient par la porte étroite. On doit être sérieux. Si on n’a pas la crainte de Dieu dans notre cœur, cela seul veut dire qu’on ne connaît pas le véritable Dieu. Or une des constantes que l’on trouve dans pratiquement toutes les églises maintenant, c’est l’absence de crainte de Dieu. Ça veut dire qu’on ne connaît pas le vrai Dieu et qu’on est dans Laodicée. On y parle de Dieu, de Jésus, on est réuni au nom de Jésus, mais pourtant Jésus est dehors et pas dedans… Souvent Il est hors de notre cœur et pas dedans.
 
Les signes de la foi, selon la définition du Seigneur

La Bible parle beaucoup de la foi et la définit. Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère et une démonstration de celles qu’on ne voit pas. (Héb 11 :1) Pourquoi peut-on les espérer ? Parce que Dieu les a dites: Dieu dit et la chose existe ! Mais les promesses de Dieu sont toujours conditionnelles. Si tu obéis…, si tu pardonnes… Nous avons aujourd’hui des Chrétiens aimant le fast food, et qui lisent une phrase sur deux de la Bible ; ils ne la consomment qu’à la carte. Jésus est l’alpha et l’oméga, la totalité. Si l’on a que des « petits bouts de Jésus », on a un faux Jésus, on ne connaît pas le Seigneur. C’est toute la Bible, qui est Jésus. « Pas un iota ne disparaîtra de la Loi tant que le ciel et la terre subsisteront. »

Aujourd’hui on fait de fausses conversions en pagaille, avec un Jésus « plus plus plus ! ». « Viens à Lui et tu auras… » C’est vrai, Dieu aime donner. Mais ce n’est pas la bonne motivation pour une vraie conversion. La seule bonne motivation nous est donnée par Jean-Baptiste, puis par Pierre, même s’il n’a pas utilisé les mêmes mots:

« Hypocrites, race de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir ? »

« Races de vipères », ce n’était pas une exagération, et cela ne l’est toujours pas ! Nous avions pour père le diable, et le diable est un serpent. Jésus a employé les mêmes termes, mais c’est un autre Jésus qu’on nous présente le plus souvent, un Jésus doucereux, humaniste et tolérant avec le péché, qui n’a pour fonction que de nous donner ce qu’on Lui demande.. Alors on s’arrête à « Mt 5:4 Heureux les affligés, car ils seront consolés !…5:8 Heureux ceux qui ont le coeur pur, car ils verront Dieu ! » . Oui, Dieu est bon, mais c’est aussi un Dieu sévère, qui hait le péché, et qui met des conditions souvent drastiques à ses promesses. Ce même Dieu est amour. Il veut beaucoup d’enfants, Sa grâce est gratuite mais elle nous coûtera TOUT : notre MOI, car ce MOI avec ses passions charnelles ne peut être agréé de Dieu. Celui qui veut être un disciple doit prendre sa croix et suivre Christ chaque jour. « Disciple » c’est vouloir être comme Christ. Le BUT de Dieu c’est de nous amener à la stature parfaite de Christ. Aujourd’hui les gens se contentent de mauvaises motivations. La plupart ne se sont jamais vus dans la lumière qu’est Christ, ils ne se sont jamais effondrés en réalisant leur état de perdition. Ils n’ont donc aucune idée de la véritable valeur de la Croix de Golgotha, et ils n’aimeront jamais vraiment Jésus pour ce qu’Il a fait pour eux, mais seulement pour ce qu’ils espèrent en recevoir.

La véritable conversion s’accompagne de signes et de fruits. La chose la plus courante et la plus dramatique dans l’Église, c’est le leurre, l’illusion. On ne veut aujourd’hui rien entendre de la saine doctrine, comme l’avait prophétisé Paul en 2 Timothée 4.

Mais on peut et l’on doit se sortir de l’illusion pour être sauvé.

A Mons, en Juillet dernier, Michelle avait fait venir quelqu’un qu’elle ne connaissait pas et qui devait prêcher le dimanche. C’était un pasteur messianique dont les messages sont d’une grande profondeur de vérité, Daniel Steen. Des messages au surplus qui n’ont rien d’agressif. Pourtant il a avoué s’être fait mettre à la porte de cinq assemblées, peu de temps auparavant. Dites aux gens ce qu’ils ont envie d’entendre et vous serez populaire. Mais ainsi, vous serez un faux prophète, pas un amoureux de la Vérité. Les gens, même dans l’Église, ne veulent plus entendre la Vérité, ils ne veulent plus que des messages lénifiants et tolérants, qui ne dérangent pas et ne condamnent pas leur vaine manière de vivre.

Pour savoir ce qu’est la bonne motivation conduisant à une véritable conversion, voir le message de Ray Comfort sur le blog de Michelle : http://www.michelledastier.com/le-secret-le-mieux-garde-de-lenfer-par-ray-comfort/ C’est un Américain, qui a donné ce message un peu partout aux USA. Il démontre qu’autrefois on prêchait : Vous êtes perdus si vous ne vous convertissez pas ! Il n’y a pas de purgatoire, pas de no man’s land où vous pourriez vous situer entre le salut éternel et la perdition éternelle. Pour convertir les gens, on leur prêchait une Parole tranchante : la vraie parole de Dieu. Et pour cela on savait les mettre devant les dix commandements et leur faire prendre conscience qu’ils avaient, tous, sans exception, péché contre un ou tous ces commandements, et qu’ils étaient donc irrévocablement perdus s’ils n’acceptaient pas le message de la Croix. David Wilkerson avait déclaré à l’époque que ce message de Ray Comfort devait être prêché dans le monde entier.

Jean-Baptiste et Pierre parlaient ainsi au peuple juif élevé dans la torah. Ces Juifs savaient qu’ils étaient perdus, tous les savaient. Ils avaient accepté le baptême de repentance de Jean-Baptiste car ils se savaient parfaitement indignes et condamnés d’avance. Tout d’un coup, on leur annonce un message d’espérance : Jésus est venu endosser le péché à notre place. Une petite partie seulement a cru !

Si vous n’avez jamais eu la conviction de péché, si vous n’avez jamais eu la prise de conscience de votre état de perdition, vous n’accorderez qu’un prix médiocre au sacrifice de Jésus.

Jésus est la Lumière qui luit dans le monde, … mais le monde ne l’a point connue… (Jean 1 :8 -11 ). Pourquoi ? Parce que le monde, de manière générale, ne veut pas se confronter à cette lumière qui lui montre son véritable et tragique état. On cite souvent Jn 3 :16, mais pourquoi ne lit-on pas les versets suivants ?

Celui qui croit en Lui n’est pas jugé, mais celui qui ne croit pas en lui est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et ce jugement c’est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. (Jean 3:18, 19)

La véritable conversion c’est quand on est face à cette lumière, Jésus est Lumière, Dieu est le Père des lumières, on va se voir dans cette Lumière tel qu’on est. Par Lui, on se voit totalement pourris, comme la boue. Si vous n’êtes pas passé par là, vous n’êtes pas vraiment converti. Même Jean, quand il rencontre Jésus dans Sa gloire, tombe au sol ! Il tombe !!! (Apoc 1) Il n’y a pas un homme dans la Bible quand il rencontre le Seigneur qui ne tombe pas au sol ! Esaïe, Daniel, Paul, Jean… Parce qu’ils se sont vus sales et perdus devant la sainteté de Dieu. En face de cette lumière, plus aucune illusion ne peut subsister. En même temps, on réalise pleinement la valeur de la croix, démonstration absolue de l’immensité de l’Amour de Dieu. C’est là qu’on peut vraiment connaître une nouvelle naissance. On comprend qu’il nous faut marcher dans la lumière, en étant transparents jusque dans la moindre de nos pensées, car rien n’est caché aux yeux de Dieu. On doit accepter cette Lumière, vouloir marcher dans cette Lumière et y demeurer en refusant les illusions chatoyantes d’un système ecclésial entré depuis longtemps dans le compromis, pour ratisser large. C’est sur quoi la foi doit se bâtir, sur ce que Jésus a dit, sur la Parole de Dieu seule, et non plus sur les illusions du style: on n’est pas si mal que ça, d’ailleurs on est mieux que son voisin, puis on a des bonnes œuvres à son actif « ça devrait compter devant Dieu »… Du vent ! Nous sommes de la boue, comme disait Paul, et tout cela ne vaut rien aux yeux de Dieu.

La vraie foi s’établit donc sur la vérité, sur le choc de la rencontre avec Celui qui est la lumière, et cela va vous transformer à tout jamais. Elle se manifeste par des choses concrètes dont le Seigneur a parlé.
 
L'incrédulité

Auparavant, il faut parler de l’incrédulité. Pendant très longtemps, j’ai pensé que les incrédules, c’étaient ceux qui ne croyaient pas en Jésus, les athées, mais ça n’a rien à voir. Voyons qui Jésus a traité d’incrédules : ce n’étaient pas des païens, c’étaient, le plus souvent, ses .. apôtres ! Les incrédules, ce sont ceux qui ne croient pas tout ce que Dieu a dit. Ils font un tri entre ce qu’ils ont envie de croire ou pas.

Lisons d’abord une prophétie d’Esaïe reprise par Jésus (Es 53 :1): « Qui a cru ce qui nous a été annoncé ? ». Qui a cru ? Au final, très peu ont cru. Ils attendaient leur messie depuis 2000 ans et pourtant très peu ont cru en Lui quand Il était devant eux…

« Qui a reconnu le bras de l’Éternel » ?, Personne n’a compris que c’est Dieu qui le voulait. « Il a pris plaisir de briser Jésus par la souffrance ! » (Es 53 :10) Comment Dieu peut-Il prendre plaisir à briser Son propre Fils par la souffrance ? Mais Dieu voit toujours plus loin. Dieu voyait qu’il aurait beaucoup de fils et de filles qui seraient engendrées par ce sacrifice inhumain et injuste. Alléluia.

« Mais, lorsque le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il encore la foi (la vraie foi) sur la terre ? » (Luc 18:8) C’est Jésus qui l’a dit… On croit qu’il y a de plus en plus de croyants, mais la Parole de Dieu nous montre que, plus le retour du Fils de Dieu est proche, plus la vraie foi diminue ! De nos jours, la vraie foi est remplacée par des croyances.

Le mot « incrédulité » est employée 11 fois dans le Nouveau Testament. Dans Hébreux 3:19 il est écrit Ils ne purent y entrer à cause de leur incrédulité. De qui parle-t-il ? De gens de foi qui n’ont pas cru tout, c’est à dire, entre autres, à ce qui avait annoncé par le prophète Esaïe. Et quand Jésus est apparu devant eux, ils n’y ont pas cru ! Ceux que Jésus traite d’incrédules dans le NT sont engagés et croyants. Il est dit dans l’Apocalypse 2o que « Les incrédules n’hériteront pas du Royaume des cieux ». C’est donc grave et cela concerne tous ceux qui ne croient que ce qu’ils ont envie de croire, en laissant le reste : ils mettent leur « sagesse humaine », que jacques qualifie de diabolique, terrestre et charnelle, AU-DESSUS de ce que Dieu a annoncé.

Un exemple frappant: En Matthieu 16, Jésus vient de dire à Pierre : Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux. On pourrait s’écrier :« Pierre a tout compris, ça y est ! Ouah, élevez-le comme Pape tout de suite ! Il est dans la Vérité, il vient de parler de la part de Dieu !… ».

Mais Jésus commence alors à expliquer qu’Il doit être livré et mis à mort par les principaux sacrificateurs, toute l’élite du peuple de Dieu. Cela ne correspond pas du tout au scénario que Pierre s’est imaginé sur la manière dont Jésus devait entrer à Jérusalem avec « le grand Pierre » à ses côtés, lui, le « premier de ceux qui ont cru ». Cela n’est pas dans les plans de Pierre, du tout, ce que Jésus annonce. Alors Pierre semble faire preuve d’un amour fraternel à faire pleurer dans les chaumières, une grande prophétie sort de sa bouche : « à Dieu ne plaise, cela ne t’arrivera pas ». De fait, ce sont sa chair et ses bons sentiments qui ont parlé, car la volonté de Dieu ne cadrait pas avec ce que lui, il avait envie d’entendre. Jésus le reprend :

« Arrière de moi, satan, tu m’es en scandale, car tes pensées ne sont pas celles de dieu mais celles d’un homme » !

     Des paroles qui cinglent comme un coup de fouet, mais des paroles de vérité !
    Et nous, cela ne nous arrive-t-il jamais de décider de la manière dont Dieu de doit d’agir ?
A l’époque de Jérémie, l’incrédulité avait gagné tout Israël. Ils ne voulaient plus entendre parler de la Parole, ils ne croyaient plus à ce que Dieu avait dit et ils s’étaient tricotés des prophéties selon leur cœur en plébiscitant des prophètes selon leur cœur (Jér 23). Quand Jésus est arrivé, ce fut à peu près pareil, parce que le peuple de Dieu avaient mis au-dessus de la Parole de Dieu, d’autres écrits, comme le talmud, la kabbale et les écrits rabbiniques et c’est toujours le cas aujourd’hui chez la majorité des Juifs pratiquants !

Or le temps actuel, pour l’Eglise, est très similaire à celui de l’époque de Jérémie :

Les voilà qui me disent : « Où sont donc les menaces que l’Éternel a proférées ? Qu’elles se réalisent ! » (Jér 17:15) On peut paraphraser : « Depuis le temps qu’on nous annonce tout cela, depuis le temps qu’on entend tout cela… » Le peuple de Dieu ne supportait plus la vérité. Et c’est pareil aujourd’hui.

Pierre a donc mis en doute ce que Jésus disait, pour le remplacer par ce que, LUI, il espérait ! Jésus ne lui dit pas : « Ah Pierre, combien tu m’aimes ! … Non! Rappelons: Arrière de moi Satan, car tes pensées ne sont pas celles de Dieu mais celles d’un homme. Nous mettons nos pensées et nos sentiments humains au-dessus de la Parole de Dieu. Ça s’appelle incrédulité, d’accord ? Nous préférons croire notre intelligence et notre expérience plutôt que ce qui est écrit par Dieu.Incrédulité!

Jésus apparut aux onze et Il leur reprocha leur incrédulité et la dureté de leur cœur parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient vu ressuscité. (Mc 16 :14)

Donc ici on parle de vrais croyants… incrédules « à cause de la dureté de leur cœur ». Dans le Nouveau Testament, le mot incrédulité, toujours employé pour des croyants, est toujours associé à l’orgueil, à la dureté du cœur, à la perversion ! Pervers ? « incrédules et pervers » ! C’est un mot très grave ! Jésus a choisi ce mot très lourd de sens, car les apôtres ont laissé choir un enfant qui était souffrait cruellement et risquait la mort parce qu’ils n’ont su le délivrer. C’était pourtant une délivrance difficile : on pourrait leur trouver des excuses… Oui mais ! Jésus leur avait dit auparavant (Lu 9 :1) qu’Il leur avait donné le pouvoir sur tous les démons et sur toutes les maladies : ne pas savoir faire, ce n’était pas grave, mais ne pas croire qu’ils pouvaient sauver cet enfant, alors que Jésus venait de leur dire le contraire, cela, c’était grave. Il leur suffisait juste de venir demander à Jésus ce qu’il fallait faire… ce qu’il ont fait, mais seulement après avoir été rudement repris par Jésus. Ils avaient mis leur vanité au-dessus du salut de cet enfant, plutôt que de reconnaître qu’ils ne savaient pas faire. C’est ce qui leur a valu d’être traités de pervers.

Prenons un autre passage où Jésus leur reproche leur incrédulité, c’est en Mc 16 :14 : et il leur reprocha leur incrédulité et la dureté de leur cœur, parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient vu ressuscité.

Situons la scène, pour comprendre pourquoi Jésus a été si dur. On pourrait dire : « tout de même, Jésus aurait pu choisir une personne qui était socialement ou ecclésialement « respectable » pour annoncer la plus grande nouvelle de tous les temps : « Il est ressuscité ! » – Remarquons au passage l’humour de Dieu. La plus grande nouvelle de tous les temps a été annoncée par… une prostituée de qui sept démons avait été chassés : Marie-Madeleine. C’est à cause de ce qu’elle était qu’il n’ont pas cru. En Luc il est dit : « Ils ne croyaient pas ces femmes-là ». Marie-Madeleine avait suivi Jésus depuis Capharnaüm. C’était une femme méprisée dans la société, pourtant c’est une des plus grandes femmes de foi de toute la Bible. Elle était au pied de la croix, quand tous les apôtres, sauf Jean, étaient retournés chez eux. Avec une autre Marie, elles ont été seules a regarder où l’on avait mis le corps de Jésus. Si on lit les quatre évangiles, on comprend qu’elle a été la seule, AVANT MÊME LE LEVER DU SOLEIL (Jn 20 :1), a revenir au tombeau le troisième jour : elle a averti deux apôtres, mais un seul a cru (Jean), pourtant, il est rentré chez lui, comme Pierre, comme si de rien n’était : ils ont cru sans croire vraiment ! C’est là que Marie, et elle seule, a vu et entendu le Seigneur, ressuscité, lui parler et lui confier une mission : « Va et avertis mes frères » ! Marie a cru tout de suite et elle a vu ce que les autres n’ont pas vu : deux anges étincelants de lumière, puis Jésus Lui-même, en chair et en os ! Pourquoi elle ? Parce qu’elle était une femme de foi, QUI AVAIT CRU CE QUE JÉSUS AVAIT ANNONCÉ, tandis que les apôtres eux-mêmes n’y avaient pas cru : c’est pour cela qu’ils n’avaient pas suivi Jésus à Golgotha, c’est pour cela qu’il n’avaient pas cherché à voir où l’on mettait son corps, c’est pourquoi ils n’ont pas cru « ces femmes-là » quand elles ont annoncé la résurrection.

Une ex-prostituée pour annoncer une telle nouvelle ? « Ça n’a pas d’allure ! » diraient nos amis Canadiens.

Ils ne croient pas, parce que, pour eux, ce n’est pas ce type de personnes que Dieu aurait dû choisir pour annoncer une nouvelle d’une telle importance ! « Jésus leur reprocha la dureté de leur cœur parce qu’ils n’ont pas cru ces femmes-là ». Ne peut-on les comprendre ?

OUI MAIS ! Le problème n’était pas dans le choix du porteur de nouvelle, le problème était bien dans leur incrédulité ! Car c’est a EUX que Jésus avait répété à trois reprises qu’Il allait ressusciter. Ils devaient Le CROIRE, LUI. Peu importe la manière dont cela leur était annoncé. Jésus le leur avait dit, donc c’était la Vérité, point final, et peu importe qui l’annonçait.

L’incrédulité, nous le voyons de nouveau, c’est de croire une partie de ce que Dieu a dit, mais pas tout !

Revenons à la scène située en Luc 9.

Un père s’écria : Maître, je t’en prie, porte les regards sur mon fils, car c’est mon fils unique. … l’esprit l’agite avec violence, le fait écumer, et a de la peine à se retirer de lui, après l’avoir tout brisé. J’ai prié tes disciples de le chasser, et ils n’ont pas pu. (Luc 9:38-40)

Ce jeune enfant épileptique était dans un état dramatique. Jésus précise à ses apôtres que cette sorte d’esprit ne sort que par la prière et par le jeûne (Mt 17 :21) Ce sont donc des esprits très particuliers qui ne se traitent pas comme les autres. Quand on chasse un démon, on parle aux démons, quand on chasse ce genre d’esprit, si l’on doit prier, on doit donc parler à Dieu, Le prier, afin d’avoir son aide. On fait souvent ce qu’ont fait les apôtres ce jour-là, on raisonne avec notre système d’entendement humain : « Mais il faut comprendre, cette délivrance, c’était vraiment trop difficile ! ou : ce n’était pas l’heure de Dieu, ce n’est pas notre rôle, c’est celui du pasteur, c’était peut-être la volonté de Dieu qu’il meure… » ( !)

Que leur a dit Jésus ? « Venez ici mes disciples, je vous aime quand même, je ne vous en veux pas, vous ne pouviez pas savoir… » Au contraire, Jésus s’insurge avec sévérité : « Race incrédule et perverse, jusqu’à quand vous supporterais-je… ». Ce n’est pas n’importe quel mot, « pervers », c’est employé pour parler, par exemple, de l’homosexualité et de la perversion des mœurs, et c’est ce que l’on vit aujourd’hui !

Pourquoi Jésus est-il si dur ? La transfiguration s’est produite juste avant cette scène (Lu 9 :29). Deux d’entre eux ont assisté à un événement divin majeur : une attestation de la divinité de Christ, de la manière la plus hallucinante qui soit (Jésus, Moïse et Elie réunis sous leur yeux dans une gloire indescriptible), scène venant de surcroît juste après que Pierre eut reconnu en Jésus le Messie (v :20 ) et huit jours après que Jésus leur eut déclaré qu’Il leur avait donné le pouvoir sur tous les démons et toutes les maladies ! (Lu 9 :1).

Comment pouvaient-ils encore ne pas ajouter foi à ce que Jésus leur avait dit, et abandonner cet enfant à sa cruelle souffrance ?

INCRÉDULITÉ ! Regardez à quoi est associée l’incrédulité :

Quant aux lâches, aux incrédules, aux dépravés, meurtriers et débauchés, aux magiciens, aux idolâtres et à tous les menteurs, leur part sera l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort. (Apoc 21:8)

En parlant d’incrédules, Dieu ne parle donc pas de païens, mais de ceux qui ont entendu sa parole et qui n’y ont pas cru : CHRÉTIENS COMPRIS !

« Leur part sera dans l’étang de feu ». Oui, Dieu parle à SON ÉGLISE ! Les païens ne lisent pas la Bible : c’est nous qu’Il avertit : « Considérez la bonté et la sévérité de notre Dieu ». (Rom 11:22) Ce n’est pas un « papanours ». Dieu est amour mais Il est trois fois saint. L’incrédulité est grave car Dieu nous a parlé. Nous sommes donc sans excuse pour nos péchés (Jn 15:22), sans excuse de ne pas agir avec foi en prenant l’autorité que Dieu nous a donnée, pour libérer les captifs et guérir les malades.
Nous avons vu ce qu’était la véritable incrédulité, AUX YEUX DE DIEU ! Parlons maintenant des signes de la foi, ce qui est la vraie foi AUX YEUX DE DIEU.

La foi produit des changements profonds dans la vie de quelqu’un, des fruits tangibles. À la nouvelle naissance, nous changeons de royaume. C’est Dieu qui nous transforme et fait ce que nous ne pouvons faire, ni par notre chair, ni par notre bonne volonté. Plus nous serons morts à nous-mêmes, plus Dieu pourra se servir de nous.

Mourir à soi ce n’est pas se mettre dans un couvent en s’isolant, c’est donner la place à la vraie nature de Christ en nous, en laissant mourir le reste. Tout va être transformé par le Seigneur et cela va se traduire par des actes concrets.

Mes frères, à quoi servirait-il à un homme de dire qu’il a la foi si elle n’a pas les œuvres ? Une telle foi peut-elle le sauver ? (Jac 2 :14-16)
 
Premier signe de la foi, l'Amour qui vient d'en Haut!

Jacques donne un exemple concret. Si un frère ou une sœur sont nus et manquent de la nourriture de chaque jour, et que l’un d’entre vous leur dise : Allez en paix, chauffez-vous et vous rassasiez ! et que vous ne leur donniez pas ce qui est nécessaire au corps, à quoi cela sert-il ?

La foi doit être concrète sinon elle ne sert à rien ; elle est authentifiée par les œuvres de la foi et la première des œuvres, c’est l’amour AGAPE. Jésus a dit : C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres qu’on (l’extérieur) vous reconnaîtra. C’est quelque chose qu’on ne connaît quasiment plus dans l’Église aujourd’hui ! Les païens doivent pouvoir voir en nous l’amour agape que le monde ne peut donner. Cet amour qui vient du Saint-Esprit en nous (Rms 5 :5) n’attend rien en retour, c’est Dieu qui fait à travers nous. « Tu mets en nous la paix, car tout ce que nous faisons, c’est Toi qui l’accomplis » (Es 26 :12). Et ça nous remplit de joie !

Sans les œuvres, la foi est morte en elle-même et sans prix devant Dieu. Sans la vie de Dieu, nous avons un Jésus théorique. Cette vraie vie nous transforme. « Montre-moi la foi sans les œuvres » dit Jacques « La foi sans les œuvres est morte », mais avec les œuvres, elle porte beaucoup de fruit. Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien, les démons le croient aussi et ils tremblent. (Jac 2:14-19). La foi des démons ne les sauve pas, car leur nature est la méchanceté. Il faut montrer que la vie de Jésus COULE EN NOUS. Les œuvres commencent par l’obéissance aux commandements de Dieu.
   
Deuxième signe: la soif d'obéir à Dieu

Parlons des œuvres dans la Parole. Il ne s’agit pas des « bonnes œuvres », nés de nos sentiments charnels, de nos émotions, et souvent faites pour nous donner bonne conscience ! La première des œuvres, c’est donc l’OBÉ I S S A N C E. On obéit essentiellement pour deux raisons : la crainte ou la confiance… ou les deux. Avec le Seigneur, il faut les deux : on Lui fait confiance parce qu’on Le connaît. On sait que Dieu a le péché en horreur, que cela n’est jamais sans conséquences, et donc, on Le craint ! Jésus a dit : « Celui qui M’aime obéit à Mes commandements ». (Jn 14 :21) En Jean 15 Jésus a dit quelque chose de terrible. « Si vous ne demeurez pas en moi, je ne demeurerai pas en vous… »(Jn 15 :5-6) Toi, demeures-tu en Jésus ? Car Jésus ne demeure en toi que si tu demeures en Lui ! Que dit Jean ? Ce que l’Église ne veut plus entendre aujourd’hui, et pourtant c’est vital de croire ce que Dieu a dit : 

 « Celui qui garde Ses commandements demeure en Dieu et Dieu demeure en Lui. »
 (1Jn 3:24). 

Voici une œuvre concrète: obéir. Pourquoi allons-nous obéir ? L’apôtre Jean dit : Ses commandements ne sont pas pénibles. Ils ne sont pas pénibles pour ceux qui ont reçu une nouvelle naissance. En Hébreux 8 et 10 repris de Jérémie et Ézéchiel, il est dit que Dieu vient inscrire ses lois dans notre cœur, au plus profond de notre conscience. Le peuple de l’Ancien Testament l’avait entendu de manière prophétique par la bouche d’Ezekiel : Je vous donnerai un cœur nouveau, j’écrirai mes lois dans votre cœur ; c’était une promesse à venir qui ne pouvait se réaliser que par la circoncision du cœur, par la foi en Jésus et par la nouvelle naissance. Alors on reçoit un cœur nouveau dans lequel le Saint Esprit pourra écrire les lois de Dieu et cela devient comme une seconde nature d’obéir à une Loi que l’on sait être toujours bonne pour nous, et apporter la réalisation des promesses. Tandis qu’y désobéir nous sépare de Dieu et entraîne la malédiction, et ce, deux fois plus pour Son peuple : « rendez-lui au double de ses iniquités » (Apoc 18 :6) car nous avons reçu Sa Parole, nous sommes avertis. C’est donc plus grave… La désobéissance aux commandements divins, SURTOUT PARMI LE PEUPLE DE DIEU, c’est de la rébellion ! Dieu dit que c’est aussi grave que la divination …

Parmi les commandements que Jésus a donnés qui n’étaient pas dans les 10 commandements éternels, écrits du doigt de Dieu, il y a : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Quand nous recevons le Saint Esprit, nous recevons en même temps l’amour qui vient de Dieu. Plus nous le donnons, plus il nous est donné. Si on veut donner du goutte à goutte, on recevra du goutte à goutte et si on répand des fleuves, on recevra des fleuves. À l’obéissance aux commandements est rattachée une grande rétribution dans les cieux et même sur la terre. Car Dieu aime Ses enfants et c’est un Papa « gâteau » qui sait ce qui est bon pour chacun d’entre eux.

Michelle témoigne qu’elle s’est mariée à 67 ans alors qu’elle pensait n’en avoir aucun besoin. « Mais c’est Dieu qui avait raison. Il sait ce qui nous convient ». Obéir au Seigneur c’est une joie ! « Celui qui m’aime obéit à mes commandements » (répété en Jean 14, 15, 16). Si l’on n’obéit pas, on ne L’aime pas ou cela démontre qu’on ne Le connaît pas. Jésus n’a pas aboli la loi, Il est venu l’accomplir. Il n’a rien aboli. Les gens mélangent tout ce qui est abolition des lois lévitiques de l’ancienne alliance, temporaires, et les lois éternelles, sous la sacrificature de Juda. Nous sommes dans l’alliance de Melchisédek, l’alliance de la foi (Rom 7-10). Ca n’a pas volatilisé les commandements, ça nous a donné d’y obéir !

Jésus a dit : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé. C’est à cet amour qu’on vous reconnaîtra. (Jn 13:34-35) En Galates 5 :14 Paul a dit : Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, celle-ci : Aime ton prochain comme toi-même. (Mt 22:39) Cela n’est pas possible si on n’obéit pas aux 10 commandements. Si on commet l’adultère, si on aime l’argent plus que Dieu, si on méprise nos parents, si on vole notre prochain, on démontre l’absence d’amour… Je pense que si vous volez votre prochain, c’est que vous ne l’aimez pas des masses… Ne parlons pas « d’aimer leur plaisir plus que Dieu » que Paul dit être l’apanage des « gens » des derniers temps, qui n’ont que l’apparence de la piété. Il parle des « Chrétiens de nom ». Donc ils désobéissent au premier commandement et servent en priorité Mammon : leur propre intérêt égoïste, leur propre plaisir !

Jacques nous dit aussi : « Mettez en pratique la Parole, et ne vous bornez pas à l’écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements » (Jac 1:22). Ainsi, Jésus a ordonné à TOUS les disciples : « chassez les démons », mais beaucoup répondent : « cela n’est pas pour moi, c’est le rôle du pasteur »…

C’est où, cela, dans la Bible ?
TROISIÈME SIGNE : LA CAPACITÉ D’ENTENDRE DIEU
     
Troisième signe: la capacité d'entendre Dieu

Il est une caractéristique propre aux brebis de Dieu : « Mes brebis entendent ma voix ». (Jn 10:28) C’est impressionnant de voir combien c’est répété en Jn 10 : Jésus insiste. En Jean 10:3 il est écrit : « Il appelle par leur nom Ses brebis ». Parmi celles qu’on dit être des brebis chrétiennes, beaucoup n’appartiennent pas à Christ ; elles sont des brebis d’église, des brebis de dénominations, des brebis de pasteurs… Elles appartiennent aux murs mais pas à Jésus. Pourtant, la mission de tout ministère, c’est d’attacher les gens au Seigneur, de leur apprendre à L’entendre et à Lui obéir, d’en faire des disciples.
« Il les conduit dehors. Les brebis Le suivent car elles connaissent Sa voix. » (v4)
Personne n’entend Jésus de la même manière. Mais quand on Le connaît intimement, on sait quand ça vient de Lui et quand ça ne vient pas de Lui. Parfois on veut dire : Arrière de moi, Satan, parce qu’on ne veut pas faire ce que Jésus demande, mais Il répète…

« Je connais mes brebis et elles me connaissent, comme le Père me connaît et comme je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis. (Jn 10 :14-15) (v26, 27) Mais vous ne me croyez pas, parce que vous n’êtes pas de mes brebis. Mes brebis entendent ma voix; je les connais, et elles me suivent. »

Jésus ne parle pas avec un haut-parleur ni par la bouche d’une ânesse (sauf dans les églises, ou il y a aussi des ânes et des ânons : -) )
C’est donc incontournable : quelqu’un qui appartient vraiment au Seigneur entend sa voix et a l’habitude d’entendre sa voix parce qu’il a une intimité avec lui. En Apocalypse, Dieu parle aux 7 anges des églises, l’église c’est un corps spirituel. Or ces lettres se terminent par : « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux églises » (Apoc 3 :13).

On se rend compte que finalement, à la fin des temps, très peu de personnes entendent la voix du Seigneur. L’église de Philadelphie, elle, a gardé Sa parole, la parole de la persévérance en Jésus Christ, et sera gardée « à l’heure de la tentation qui vient sur le monde entier pour éprouver tous les habitants de la terre ». On y est ! Le Seigneur nous dit nettement en Apocalypse que très peu de brebis qui se réclament de Lui lui appartiennent vraiment.

L’Église de Laodicée, c’est la dernière, la nôtre donc ! Jésus a dit que là où deux ou trois étaient réunis en son nom, il était au milieu d’eux. Or là, le Seigneur n’est même pas à l’intérieur puisqu’Il dit à cette église : Si quelqu’un entend ma voix et qu’Il m’ouvre… Il est donc dehors.. Ce qui signifie qu’à l’intérieur, on invoque un faux Saint-Esprit, on a adopté un autre évangile, et on adore un faux Jésus, comme le dit 2 Cor 11 :4.

« Je souperai avec Lui et lui avec moi » poursuit Jésus. (Apoc 3 :20).

Ce qu’il propose à ceux qui sont encore aptes à L’entendre, c’est justement cette intimité et cette connaissance du Véritable Jésus qui leur manque, MAIS ILS NE LE SAVENT PAS : ils ronronnent dans leur auto-satisfaction religieuse, en se croyant riche et en croyant n’avoir besoin de rien, alors qu’ils sont pauvres, malheureux, aveugles et nus : Bref, leur foi est basée sur du mensonge et de l’illusion … Elle ne peut les sauver !

Beaucoup prétendent avoir la foi, mais ils ne manifestent aucun vrai signe de la foi.

« Parce que l’iniquité sera accrue, l’amour du plus grand nombre se refroidira … » (Mt 24 :12) a prophétisé Jésus. L’amour va avec la vérité car Jésus est la Vérité. Mais l’iniquité a envahi toutes les Églises, car l’Église de la fin des temps se moule au monde. Donc le véritable amour, l’agape de Dieu, disparaît de cette Église de plus en plus apostate. L’absence d’amour est l’une des choses dont les gens souffrent le plus et dont ils meurent spirituellement très vite. Dans la mesure où les gens ne veulent plus entendre la vérité, comme l’a prophétisé Paul en 2Tim 4, l’iniquité entre sans entrave et donc l’amour disparaît de l’Église. Elle ne fait qu’en entretenir l’apparence. Notons que je parle de l’Église visible. Il est une autre Église, cachée en Christ, que Lui seul connaît…

Quatrième signe: la marche dans la sanctification

On n’est pas parfait du jour au lendemain, mais quand on suit Christ, on est « transformé » de gloire en gloire par le Seigneur Jésus. Nous sommes son temple, mais, comme du temps d’Esdras, quand nous sommes arrachés du monde, ce temple est la plupart du temps détruit, encombré de pierres sous lesquelles il y a des serpents et des scorpions, aussi Dieu doit nous transformer. Cela passe par l’enseignement de la Parole, par des guérisons, par des délivrances… Parfois, nous ne voyons pas immédiatement notre propre transformation, et ce sont souvent les gens de l’extérieur qui nous le disent !

Quand Michelle s’est convertie à 50 ans, c’était une bridgeuse internationale, elle faisait des tournois plusieurs fois par semaine. Dès sa conversion elle en a été délivrée ! Tout ça ne l’intéressait plus. Ses amis du bridge lui ont demandé ce qui lui était arrivé, parce qu’elle avait une joie qu’ils ne lui connaissaient pas auparavant. Ils lui ont demandé si elle s’était trouvé un fiancé ! Elle a répondu: Oui, Jésus !

Donc on change, et on n’arrête pas d’être transformé. Il nous apprend Ses lois, Il change notre cœur, il nous donne la joie de marcher dans Ses sentiers et la soif de nous sanctifier. Pourquoi ? Car le péché nous coupe de Dieu ! Dès qu’un vrai enfant de Dieu pèche, il se sent orphelin, sale. Il se présente donc devant le trône de Sa grâce car il ne veut pas être coupé de Celui qu’il aime. Et quand on a goûté combien Dieu est bon, on n’a pas envie de perdre ce trésor!

Quiconque a cette espérance en Lui se purifie, comme lui-même est pur. Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi.


La loi existe donc toujours, il n’y a pas une nouvelle loi. Je ne parle pas des ordonnances lévitiques et sacrificielles etc qui ont été dites obsolètes dans le Nouveau Testament. Je parle des lois éternelles de Dieu qui n’ont jamais été abolies. Et Jésus en a rajoutées et les apôtres aussi.

Quiconque demeure en Lui ne pèche point. Quiconque pèche ne L’a pas vu, et ne L’a pas connu. Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi (1Jn 3:3,4,6).

Pourtant il est écrit que « celui qui dit être sans péché est un menteur et la vérité n’est pas en lui. (1 Jean 1 :6) »

Comme dit Paul en Roms 7, je fais ce que je ne veux pas et je ne fais pas ce que je veux. Notre nature charnelle a toujours tendance à nous ramener dans le péché. Donc on doit chaque fois se repentir, une vraie repentance et Dieu qui est bon nous pardonne. Certains péchés sont tenaces, mais finissent par disparaître au bout d’un certain temps, quand on en a assez d’aller demander pardon. On va apprendre à lutter « jusqu’au sang », et on est heureux d’avoir enfin la victoire sur l’ennemi, Alléluia ! « Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu. Celui qui a mes commandements et qui les garde c’est celui qui m’aime. »
CINQUIÈME SIGNE DE LA FOI AUTHENTIQUE : LA SOIF DE RÉPANDRE LE SALUT

« Celui qui croit en moi, des fleuves d’eaux vives couleront de son sein, comme dit l’Écriture (Jean 7:38) ».

En fait, l’Écriture ne le DIT pas comme ça mais le démontre au travers de l’Exode : Jésus était le Rocher et tous les jours il en coulait des fleuves d’eau qui abreuvaient tout le peuple. Ces fleuves d’eaux vives coulent d’En-Haut, du trône de Dieu.

Jean 4:14

mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle


Apocalypse 22:1

Et il me montra un fleuve d’eau de la vie, limpide comme du cristal, qui sortait du trône de Dieu et de l’agneau.


Ce fleuve est incommensurable ! Plus on a foi en Lui, plus Il pourra déverser en nous des fleuves d’eaux vives, ce qui se traduira par le fait de répandre la vie, partout où on ira. Cela vient de Lui, même à notre insu. Je suis toujours très étonnée de voir comment le Seigneur se sert de moi à travers les livres, les blogs et les cassettes vidéo et audio. J’entends souvent des gens, parfois à l’autre bout du monde, me témoigner qu’ils sont venus ou revenus au Seigneur grâce à cela, ou ont été délivrés, par la mise en pratique de mes enseignements. Pourtant, je ne les ai jamais rencontrés ! Ce n’est pas nous, c’est le Seigneur qui agit au travers de nous.

Quand on se met au service du Seigneur, Il pourra se servir de nous d’une manière qui parfois nous dépasse complètement. Si nous laissons le Seigneur agir en nous, Il pourra déverser des fleuves de vie. Regardons derrière nous pour voir ce que nous laissons en arrière. Est-ce la vie ou la mort, la crainte de Dieu ou la rébellion contre Dieu etc… ? Est-ce que les gens disent de nous : Ah ça c’est un chrétien, un vrai ! Ou disent-ils C’est ça les chrétiens ?! Ne nous disons pas chrétiens trop vite… car nous pouvons témoigner contre nous-mêmes et contre Christ, par notre comportement !

Et il leur dit : Allez dans le monde entier, annoncez la Bonne Nouvelle à tous les hommes. (Mc 16 :15) Partout Il nous envoie pour faire couler les fleuves de Dieu. Mais il nous faut ALLER. ALLER. ALLER. ALLER. Si on reste assis sur sa chaise on ne VA PAS.

Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père du Fils et du Saint Esprit. Enseignez-leur à obéir à tout ce que Je vous ai prescrit. Et voici je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. (Mt 28 :19)
SIXIÈME SIGNE : LES DONS SURNATURELS :

La vraie foi est obligatoirement accompagnée de dons de puissance. C’est donné à chacun pour l’utilité commune, dit 1Co12. les dons surnaturels qui viennent de Dieu sont donc toujours pour les autres. Si on les utilise pour ses propres besoins, cela devient de la sorcellerie ! Citons « à CHACUN est donné un don » : Les paroles de sagesse, les paroles de connaissance, le don de la foi, de guérison, de miracles, la prophétie, le discernement des esprits, la diversité des langues et l’interprétation des langues. (1Cor12 :8-10)

Ils sont tous donnés par le même Esprit, À CHACUN ! Combien, dans les assemblées, manifestent les dons de l’esprit ? Au moins un don ? Pourtant, L’évangile doit être accompagné de signes de puissance, pour notre édification et pour démontrer que notre Dieu est VIVANT ! Les sorciers, les imams et marabouts font mieux car eux manifestent des signes du surnaturel ! Face à la puissance de Dieu, normalement toutes ces autres puissances devraient paraître dérisoires ! Malheureusement nous en sommes bien loin dans l’Eglise aujourd’hui. Ce n’est pas Dieu qui a changé, c’est parce que notre foi n’est pas alignée sur ce que Dieu a dit. Nous ne Le croyons pas en tout et ne mettons pas toute Sa Parole en pratique. C’est nous qui devons nous remettre en cause.

« Que chacun mette à disposition les dons qu’il a reçus ». C’est 1 Pierre 4:10 qui confirme : Comme de bons dispensateurs des diverses grâces de Dieu, que chacun de vous mette au service des autres le don qu’il a reçu.

La lettre aux Hébreux, aussi, confirme :

Dieu appuyant leur témoignage par les dons du St Esprit, des signes des prodiges et des miracles. (Héb 2 :4 )

Les témoins, ce sont tous les disciples de Christ. Ce n’est pas réservé aux apôtres. C’est la norme pour un chrétien qui a la foi. C’EST LA NORME DE DIEU. Puisque Dieu l’a dit, c’est la Vérité. Puisque Dieu l’a dit, on doit Le croire. Il nous donne la puissance pour l’accomplir. Et si on est fidèle en mettant en pratique le premier don, le Seigneur en rajoutera. Alléluia !

En vérité en vérité, Je vous le dis (cette parole est définitive), celui qui croit en moi fera des œuvres aussi les œuvres que Je fais, et il en fera de plus grandes, parce que Je m’en vais au Père. (Jn 14 :12)

C’est dit ou pas dit ?! Je dois me poser la question : Est-ce le reflet de ma vie ? Suis-je vraiment dans la véritable foi, celle qui fait déplacer les montagnes ? Chassez les démons, guérissez les malades, c’est un ordre. Le faites-vous ? Si on ne le fait pas, si on ne le tente pas, et avec foi, on ne verra RIEN. Quand les gens ne sont pas guéris quand on prie, la plupart du temps, on ne se remet pas en cause.

En quel Jésus avons-nous cru ? Voici ce que Jésus a dit : cela nous concerne TOUS.

Voici les miracles qui accompagnent ceux qui auront cru, c’est-à-dire les gens de foi. En Mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues, ils saisiront des serpents ; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur feront point de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris. (Mc 16 :17-18)

Où est notre foi ?
SEPTIÈME SIGNE : L’AMOUR DE LA PAROLE

Michelle d’Astier explique qu’elle est travaillée depuis quelque temps par la parabole du Semeur. Tout le monde la connaît, mais souvent on la connaît en survolant la Parole… L’un des grands signes de la foi, c’est l’amour de la Parole. La Bible est le seul livre qui dit vraiment la Vérité, toute la Vérité. C’est le seul livre où Dieu parle directement aux hommes, où Dieu peut nous redresser, changer notre cœur, nous transformer et où Il nous annonce tous les événements à venir dont beaucoup arrivent actuellement. C’est le seul livre qui nous donne la paix car on SAIT ce que Dieu va faire. Nous les voyons s’accomplir. Luc 21 :25, 26 : Les hommes vont rendre l’âme de terreur, au bruit de la mer et des flots,

Des tsunamis, des inondations, des cyclones, des catastrophes climatiques … On ne voit que cela actuellement et cela s’accélère. Les hommes vont rendre l’âme de terreur car les puissances des cieux seront ébranlées.. . Mais Jésus nous a dit : Quand vous verrez ces choses s’accomplir relevez la tête, car votre délivrance est proche. (Luc 21 :28) Amen ! Jésus arrive. Nous n’avons pas à paniquer, mais à nous dire : Attention, je ne peux plus jouer au chrétien tiède.

Je voudrais vous lire le premier verset de la parabole du semeur : Un semeur sortit pour semer sa semence. Nous savons que la semence, c’est la Parole de Dieu. Le diable vient chercher la Parole dans leur cœur. La Parole est donc bien rentrée dans leur cœur ; il s’agit de gens qui ont été convertis et touchés au fond du cœur. Mais le diable peut l’arracher dans le premier terrain.

Un semeur sortit pour semer sa semence. Comme il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin : elle fut foulée aux pieds, et les oiseaux du ciel la mangèrent. (Luc 8 :5)

Elle fut foulée aux pieds. Ce point est très important: Le mépris de la Parole de Dieu. On foule ce qui est sans valeur à nos yeux. C’est ce qui a le plus de valeur aujourd’hui dans le monde et dans l’Église, et pourtant elle est piétinée ! Elle est une épée à double tranchant. Elle amène la vie et la mort, juge les pensées et les sentiments, elle tranche âme et esprit, elle permet à des gens d’avoir un esprit qui revit et d’être sauvés. Elle nous permet, par l’esprit d’être assis dans les lieux célestes.

Ce mépris de la semence, de la Parole, cela rappelle nous rappelle d’une manière terrible ce qui s’est passé pendant l’Exode. La manne descendue du ciel a nourri les Hébreux et tous les étrangers qui les accompagnaient. Ils recevaient une nourriture céleste, qui devenait une nourriture terrestre en venant à eux, et la manne symbolise la Parole de Dieu. Jésus est la manne. Jésus a dit : Je suis le pain de vie, la manne cachée. Lui, la Parole de Dieu, est devenu un pain consistant.

Jésus a dit : L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. (Luc 4 :4)

La manne, donc, était Christ, omniprésent au milieu de Son peuple. Il est dit que le Rocher était Christ. Il est dit que la nuée était Christ. L’eau également. Il était omniprésent au milieu de Son peuple mais ils ne le reconnaissaient pas ! Son peuple regardait continuellement en arrière, regrettant les oignons, les cailles, les poissons etc. Ils ont subi l’esclavage, les coups de fouet mais ils regrettaient quand même l’Égypte, qui symbolise le monde.

N’aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde… car l’amour du monde est inimitié contre Dieu. (1Jn 2 :15-17)


Les gens d’aujourd’hui sont encore esclaves, pris par leur travail et tous les instruments possibles, sans plus de temps pour leur Dieu, Iphone, Smartphone, internet, télé, jeux vidéo, … Tout est fait pour appâter notre attention, et nous détourner de notre Dieu. Prenons du temps avec Dieu.

Les Hébreux disaient : Notre âme est desséchée, nos yeux ne voient QUE la manne. (Nb 11)

Ils méprisent cette nourriture céleste extraordinaire qui leur donne la vie jour après jour !!! Même chose aujourd’hui : le peuple de Dieu est mis en esclavage comme le reste du monde ! On oublie le Rocher qui nous donne la vie. Mais en tant que chrétiens, nous ne devons être sur le qui vive : « Veillez sans cesse » !

Jésus a dit : laissez tout croître en même temps. L’ivraie et le blé. Il y a beaucoup d’ivraie au milieu du blé. On ne voit pas la différence au départ. Quand voit-on la différence ? Quand la moisson est prête et elle l’est de plus en plus.

L’une des causes pour lesquelles cette parole ne porte pas de fruit, c’est que les Chrétiens des derniers temps, pour beaucoup, FOULENT AUX PIEDS CETTE SEMENCE DE VIE. C’est l’un des plus grands signes aussi de la déperdition de la foi. Alors que c’est le plus grand trésor qui existe sur cette terre ! Rien n’a plus de valeur sur cette terre. Tout ce que Dieu dit est la Vérité et tout ce que le monde dit est mensonge. Tout ce que Dieu dit est Vérité pour nous rendre libres. Tout ce que le monde dit est mensonge pour nous rendre esclaves. Tout ce que Dieu dit c’est pour nous sauver et nous transformer. Notre foi doit être bâtie sur ce que Dieu dit. La foi vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend vient de la Parole de Dieu.(Rom 10 :17) Plus on lit la Bible, plus on apprend à connaître le Seul vrai Dieu. Nous devons Le connaître. Et toute la Parole, pas que des petits bouts choisis, ceux qui sont agréables à l’oreille.

Il y a quelques années, Michelle a réalisé qu’elle n’avait pas la crainte de Dieu. Seigneur, je ne te crains pas vraiment, c’est donc que je ne te connais pas comme je dois te connaître ! On l’avait tellement abreuvée d’un Dieu Amour ! Oui, Il l’est. Mais, elle ne connaissait pas vraiment le Dieu « trois fois saint ». Quand Michelle a crié à Dieu, en disant, je veux Te connaître et recevoir cette sainte crainte de Toi dans mon cœur, parce que c’est un signe de la vraie foi, signe qu’on Te connaît vraiment (ou qu’on y aspire), le Seigneur a fait plusieurs choses. D’abord Il l’a amenée à relire tout l’Ancien Testament, avec un tout autre regard. Bizarrement dans son cœur, comme pour beaucoup de chrétiens, il y avait le Dieu de l’Ancien Testament et le Dieu du nouveau, et ce n’était pas le même. Pourtant n’a pas changé, Il est invariable. Le Seigneur lui aussi mis entre les mains le livre « L’holocauste, où était Dieu ? » d’Arthur Katz qui fut pour elle un choc de révélation. Elle l’a lu et relu ! Elle a pris conscience : « Je ne connaissais pas le véritable Dieu », pas plus que la majorité des Juifs qui n‘ont pas compris le pourquoi de la Shoah… Pourtant tout avait été prophétisé par Moïse, y compris cette horreur (Lév 26). Et quand Jésus a été crucifié au milieu d’eux, qui a cru ? Qui a cru ?

Michelle a pu alors dire: Je ne Te connaissais pas vraiment … Je n’avais pas compris qui Tu étais. Puis Dieu l’a amenée dans une église où il y avait une sainte crainte de Dieu. Elle a prié : Ne me laisse jamais cette sainte crainte sortir de mon cœur car c’est elle qui nous amène à marcher dans les voies de Dieu. On ne peut pas jouer avec Dieu. Il est amour, c’est vrai, mais Il est aussi trois fois saint. Rien d’impur ne pourra rentrer dans le Royaume. Rien, rien, rien, rien! Donc on a besoin du sang de l’Agneau tous les jours. Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’Agneau (c’est la part de Dieu) et de la parole de leur témoignage (c’est notre part). Ça va nous amener à témoigner de qui Il est, de ce qu’Il a fait dans nos vies, des changements qu’Il a faits dans notre vie.

Avons–nous la vraie foi ? Celle qui porte du fruit ? Celle qui se manifeste par les signes concrets et incontournables donnés par les Écritures ?

Jésus l’a dit : le chemin est étroit et peu le trouvent. (Mt 7 :13) Parmi tout le peuple de Dieu qui attendait son Messie, très peu l’ont reconnu. Il y avait peu de personnes au pied de la croix : quelques femmes et un homme ! Même les apôtres n’avaient pas ajouté foi à tout ce que Jésus leur avait dit et annoncé… Après, heureusement pour nous, ils ont changé. Ils ont construit l’Église. Alléluia !

Où en sommes-nous avec ces signes : signes d’amour, de puissance, de sanctification, d’obéissance, d’amour de la Parole, d’amour d’Israël. Où en sommes-nous ? En quel Jésus croyons-nous ? Ce ne sont pas les mots qui comptent, la foi se démontre concrètement.

Bientôt – ça a commencé – on va reconnaître les vrais Chrétiens des faux. « Toute la création attend la révélation des fils de Dieu ». On sera peut-être surpris de voir qu’il y en a très peu. Veut-on en faire partie ou pas ? Ça nous coûtera tout. Dans les temps qui arrivent, si vous voulez marcher dans la saine doctrine et dans la crainte de Dieu, vous serez probablement rejetés de vos églises. Rejetés de tous vos frères en Christ, de vos amis intimes. Vous vous rendrez compte que vous leur êtes étrangers, que vous dérangez. Vous serez mis à mort, persécutés. Ce temps est très proche. Nous voyons déjà l’église officielle faire amie amie avec le diable, parce que les gouvernants francs-maçons sont des artisans et agents du diable. On fait ami-ami pour être tranquille.

Pour rester un vrai chrétien, ça nous coûtera tout. Nous devrons peut-être nous exiler :

Heureux serez-vous quand on dira du mal de vous (Mt 5 :11), est-il écrit. Michelle connaît bien cela et dit : « Ca fait longtemps que ça ne me fait plus rien. Ce qui m’intéresse, c’est ce que mon Dieu dit de moi, et pourvu que je sois trouvée digne de paraître devant Lui. »

Qui sera trouvé digne ? Il sera comme le feu du fondeur ! Waouh ! Tout ce qui n’est pas de Lui va être brûlé. Ça va nous coûter très cher d’être un vrai disciple de Christ dans les temps qui viennent. Le prix à payer, c’est notre vie ici, ça peut être tout. Les nouvelles bibles commencent à être transformées pour en ôter les passages qui dénoncent ce que des lois perverses font passer comme norme, par exemple l’homosexualité. Les homosexuels ont besoin d’être sauvés, pas encouragés ! Beaucoup de courant chrétiens ont choisi de pratiquer la langue de bois pour avoir la paix… Mais Jésus a dit : Celui qui aura honte de Mon nom, Je le renierai devant le Père. (Mc 8 :38)

Êtes-vous prêt à payer le prix ? Nous en sommes là aujourd’hui. Êtes-vous prêts à dire : Seigneur, je veux marcher avec Toi, quel que soit le prix à payer. C’est le moment de se décider. Dans les six mois qui viennent il y aura des changements terribles, des émeutes, des destructions, des guerres civiles. De toute façon, les vrais Chrétiens et les Juifs seront persécutés, pourchassés.*


* Note : rappelons que j’ai prononcé ces parole en septembre 2013. À l’heure où je corrige ces lignes, mi novembre 2013, la révolte gronde partout Name of the soruce

Aujourd’hui veux-tu faire ton choix ? Ton choix est-il mitigé ? Change de monde, change de royaume. As-tu déjà été face à la lumière qu’est Christ et ainsi rendu capable de voir que tu étais perdu, des pieds à la tête, que tout ton être était malade, l’esprit, l’âme et le corps ? Ce n’est que par la révélation de notre véritable état de perdition qu’on peut commencer à comprendre le prix payé par Jésus pour nous sauver, et c’est alors qu’on peut vraiment l’aimer…

Je ne connais pas votre âme, vous-mêmes ne la connaissez pas. Dieu Seul la connaît. Il a dit : on reconnaît l’arbre à ses fruits. (Mt 7 :16) Pour voir le fruit, il faut d’abord que l’arbre pousse, qu’on voit les feuilles, puis les fruits. Parfois ils sont pourris… Donc c’est quand les fruits apparaissent que l’on sait à quel arbre on a affaire. Ça prend du temps. Même pour nous-mêmes. Commençons à regarder quels sont nos fruits. Sommes-nous dans les normes définies par Dieu ? Est-ce que les fruits de la vraie foi nous accompagnent tout le temps ? de temps en temps ? jamais… ? J’ai une bonne nouvelle. Certains hommes ont pris conscience qu’ils avaient une foi très faible, notamment les apôtres quand Jésus leur a dit qu’ils devaient pardonner 7×77 fois. Ils ont vu qu’il leur manquait la foi nécessaire pour y parvenir. Pourtant, ils avaient tout quitté pour Le suivre. Ils ont supplié le Seigneur : Augmente-nous la foi. (Lc 17 :5)

En Matthieu 17 on nous parle du père d’un enfant dans un état de souffrance effroyable. Ce père avait dû voir des médecins, des sacrificateurs, en espérant la guérison de son fils, en vain. Même les apôtres n’avaient pas su le guérir. Sa foi était donc bien usée. Mais Jésus lui dit : « si tu crois ». Ce père répondit : « Je crois, viens au secours de mon incrédulité ! ».

Donc l’absence de foi, cela se constate et cela peut se soigner !

Un jour Paul a dit à Timothée : Ranime la flamme de ta foi. Il y a donc des choses à faire ! Et cela commence par la lecture de la Parole, et surtout sa mis en pratique.

Je reviens à ma question du départ : Crois-tu en Jésus ? Alors montre-moi les œuvres de ta foi. Ce n’est pas à moi qu’il faut les montrer. Un jour c’est devant Lui que tu vas te trouver. Demande-Lui : Seigneur, où sont les œuvres de ma foi ? Lui diras-tu au jour du jugement : Mais Seigneur, j’allais au culte, aux réunions, j’ai prié, j’ai chassé des démons en Ton nom, ? etc… Peut-être vous répondra-t-Il : Retirez vous de Moi, Je ne vous connais pas, vous qui commettez l’iniquité.

La première chose à faire pour que Dieu puisse nous changer, c’est de ne pas tricher : on ne peut tricher avec le Seigneur, il voit tout. Puisqu’Il a dit : Ceux qui croient, voici ce qui les accompagnera… CELA DOIT LES ACCOMPAGNER ! - Il ne ment jamais – si je ne manifeste aucun de ces signes, c’est que moi je n’ai pas la vraie foi, bâtie sur Sa Parole et sur la connaissance de Dieu. Un jour David Wilkerson a dit : si vous n’avez pas la vraie foi, celle qui sauve, si vous ne marchez pas dans la vraie foi, vous serez les pires ennemis des vrais chrétiens.

Le jour vient où celui qui vous tuera croira rendre un culte à Dieu, c’est parce qu’il a connu ni mon Père ni moi. (Jn 16 :2-3)

Connaissez Dieu, nous dit la Parole, car Sa venue est aussi sûre que l’aurore. C’est la première chose à faire.

Père éternel, je Te remercie car Tu as d’abord travaillé ce message dans mon propre cœur, pour me conduire dans la repentance. Que de légèreté dans ma vie ! Oui, même en Te servant, j’avais de la légèreté, faute de crainte de Dieu, signe que l’on ne Te connais pas vraiment. Seigneur, pardon car nous avons à marcher par la foi, et à lire Ta Parole, en sachant que Tu nous parle d’en-Haut, que Tu nous parles en direct, que c’est la manne cachée. Elle est cachée pour ceux qui périssent, l’Évangile est encore voilé pour ceux qui ne veulent pas s’humilier devant le Seigneur et passer par la croix, et mourir à la croix de Golgotha, car, sans cette abdication du MOI, la Parole ne peut pas s’ouvrir. Mais, quand elle s’ouvre, c’est Dieu Lui-même qui se révèle.
Temps de ministère

Je te prie pour que Ton Souffle puisse pénétrer en nous.

Père éternel, j’ai aussi à cœur de prier pour ceux qui n’arrivent pas « entendre » (comme nous dit la Bible), parce que Dieu nous parle, pour qui ta Parole encore une « parole fermée ».

Levez la main ceux qui se sentent concernés (beaucoup lèvent la main).


Seigneur, je te prie pour que cette Parole s’ouvre. Tu as soufflé sur tes disciples pour qu’ils comprennent les Écritures. Tu as dit à d’autres que Ta Parole ne pouvait pas pénétrer en eux et pourtant c’étaient « des Juifs qui avaient cru ». Il y a souvent quelque chose de dur dans notre cœur, entre autres, notre incrédulité, peut être due à nos raisonnements. Mais Tu dis : « Car les armes avec lesquelles nous combattons sont puissantes par la vertu de Dieu. Nous renversons les forteresses et les raisonnements qui s’élèvent contre la connaissance de Dieu et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance à Jésus Christ. (2Co 10 :4) Amen ».


Il y a donc des armes pour combattre cette incrédulité, c’est souvent un besoin de délivrance. Parfois c’est tout simplement un besoin de conversion, de vraie conversion parce que Dieu ouvre les Écritures. Amen.

Un autre appel.

On ne peut pas tricher avec le Seigneur. Il peut tout transformer. C’est ce qu’il veut. Il veut nous sauver et nous transformer. Parce que lorsqu’on arrive on n’est pas propre ! Mais Dieu ne peut agir que si on le veut et que si on accepte de nous abandonner totalement entre ses mains.

Michelle explique qu’elle a reçu des paroles, mais invite l’assemblée à réfléchir pour que le Seigneur puisse les toucher. Elles vont presque toutes dans le même sens.

Je voyais un couple, dans lequel il y avait un gros problème. L’homme ne comprenait pas pourquoi sa femme le rejetait tout le temps. Il en souffrait beaucoup mais ne le disait pas. Sa femme n’arrête pas de le rejeter, de le repousser, même avec violence. Cet homme ne le comprend pas et en souffre beaucoup. Le Seigneur me montrait que cet homme, au lieu d’essayer de faire tous ses efforts par sa chair, doit s’abandonner complètement au Seigneur et que c’est sa transformation à lui qui changerait toutes les choses. Amen.

Un autre a le bras pris dans le bec d’un oiseau géant, qui tenait sa main. Lorsque le bras droit est pris, tout ce qu’on peut faire est limité. Chaque fois qu’il essayait d’avancer et qu’il voulait attraper quelque chose, cette chose s’enfuyait. Il n’arrivait jamais à ce qu’il voulait parce qu’il y avait quelque chose qui le retenait tout le temps. Je le voyais faire des efforts désespérés. Puis, j’ai vu le Seigneur qui disait : Il faut commencer par briser cette malédiction. Il faut mener le bon combat et commencer par retirer cette sale bête.

Puis : je voyais une femme qui était comme dans un grand trou, tout autour il y avait des barreaux de fer auxquels elle pouvait s’accrocher. Elle se tenait et pouvait voir un peu de lumière de loin parce qu’à l’intérieur c’était les ténèbres. Elle pensait que la lumière c’était pour les autres, que ça ne pouvait pas être pour elle. Elle ne savait pas tout simplement demander au Seigneur de la sortir. Une des paroles qui m’a le plus touchée quand je me suis convertie c’est Il nous tire avec des cordages d’amour. Waouh ! Ça m’avait bouleversée parce que c’était vraiment ce qu’Il avait fait pour moi et qu’Il peut faire pour chacun de nous.

Par ces paroles le Seigneur nous dit : Où en es tu ? Es tu vraiment dans mon Royaume ? Je ne rejette pas celui qui vient à Moi. Mais quelque fois on se trompe de combat. Alors on rame avec des tas de problèmes que le Seigneur peut résoudre, parce qu’on ne fait ni les bonnes choses ni les bons choix. Chaque fois, je reçois : Abandon au Seigneur. Un abandon total au Seigneur. La vraie foi, c’est cela. Foi veut dire confiance. On peut s’abandonner avec une grande joie quand on fait confiance. Notre sœur tout à l’heure a chanté un chant qui m’a beaucoup touchée qui disait : Je me livre aux tendres bras du Père, ceux qui ne me laisseront pas tomber. Amen. Le Seigneur ne laisse jamais tomber quelqu’un qui se confie en Lui. Et c’est bien le Seul. Tout le monde peut nous trahir, tout le monde. Il est écrit que la fin des temps va être dure car tout le monde va trahir tout le monde. « Comme le maître tardait à arriver, ils se mettent à battre leurs frères… » Mais le Seigneur ne nous laissera jamais tomber. Mon appel cet après-midi sera : Où en es-tu ? Peux-tu encore dire et affirmer que tu as la foi en Jésus ? Montre-moi ta foi. Montre-moi tes œuvres. Montre-moi les œuvres de la foi ? Des fleuves de vie sortent-ils de toi ? Les miracles et signes de Dieu t’accompagnent-ils ? Les dons de Dieu se manifestent-ils dans ta vie ? Sur ta route, les gens peuvent-ils dire, voilà des chrétiens qui ont bouleversé le monde ? Nous sommes tous concernés. Le Seigneur a mis la barre très haut pour qu’on affirme qu’on a la foi. C’est nous qui l’avons mise très bas… On a converti les gens avec les mauvaises motivations. « Viens à Jésus et tu auras… » Mais on ne vient à Jésus que si on est convaincu que si on ne le fait pas, on ira en enfer, là où l’étang de feu et de souffre nous attend : La géhenne. C’est ce que nous dit la Bible. Arrêtons avec le petit évangile qui caresse les oreilles agréablement. Ce n’est pas la Vérité ! Le Seigneur nous attend les bras ouverts, mais Il nous demande de mourir à ce monde. Ce monde ne peut RIEN nous apporter, ce monde arrive à sa fin, dans sa forme actuelle. Ce monde va se terminer dans les affres et les souffrances, avec des famines, des holocaustes. Tout cela est à notre porte, toutes les économies du monde sont en train de tomber. La bête et l’antichrist vont arriver et va imposer son chiffre. On est à la porte !

Il y a encore quelque chose de particulier à vivre pour l’Église. Mais il faut savoir si nous avons-nous foi dans ce que Dieu nous dit ou dans ce que le monde nous montre ? Ouvre les yeux de notre cœur, Seigneur, qu’on voit avec Ta Parole tout ce qui se passe et non pas au travers de nos raisonnements et de ce que le monde nous dit, et encore moins les médias, et malheureusement, nos églises aussi trop souvent. Dieu a annoncé qu’avant de voir l’antichrist, on verrait la grande apostasie. On y est en plein. Elle est partout. Comme un cheval au galop, l’apostasie avance à une vitesse effarante, sous toutes sortes de formes, c’est très insidieux, toujours des séductions. Aimons-nous la Vérité ? Dieu a dit une parole terrible pour notre temps. 2Thes 2:9 Il nous parle de la puissance de l’antéchrist qui arrive avec des signes et des prodiges mensongers… Il dit : L’apparition de cet impie se fera par la puissance de Satan. Oui Satan a une puissance. Avec toutes sortes de signes, de miracles, de prodiges mensongers. Ça ne veut pas dire qu’il n’y aura pas des miracles et des signes, mais l’origine en sera fausse, elle ne viendra pas de Dieu mais du diable. CE SERA TROMPEUR, comme Simon le magicien, dont tous disaient : « Voici la puissance de Dieu, la grande ». « Avec toutes les séductions du péché ». Le péché a une séduction, il attire et donne une impression de liberté, mais c’est M O R T E L.

2Th 2:9 L’apparition de cet impie se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, 2:10 et avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. 2:11 Aussi Dieu leur envoie une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge, 2:12 afin que tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice, soient condamnés.

ILS N’ONT PAS REÇU L’AMOUR DE LA VÉRITÉ POUR ÊTRE SAUVÉS…

Je veux la Vérité ! Je ne veux plus du mensonge, des choses qui me caressent les oreilles… Je veux la Vérité. À ceux qui ne veulent pas la Vérité, Dieu envoie une puissance d’égarement pour qu’ils croient au mensonge. Puisque vous ne voulez pas la vérité, Je vous donne encore plus de séductions mensongères, afin que vous soyez condamnés. Waouh ! Dieu est sévère, juste, trois fois saint, mais Il est en même temps amour. Il nous veut chacun, individuellement et Il veut absolument nous arracher à ce siècle, à ce monde. Alléluia.

On va prendre le temps maintenant de se mettre devant le Seigneur. Je sens la présence de Dieu. Il veut transformer des âmes, des cœurs. Que cette parole pénètre jusqu’à la moelle. Tout ce qui est Parole de Dieu, que nous comprenions que Dieu a dit la Vérité, qu’on ne peut pas tricher avec. Le Seigneur a dit « ne vous inquiétez pas du lendemain ». Si vous suivez le Seigneur, « CHERCHEZ premièrement le Royaume de Dieu, et ce qui est juste » (aux yeux de Dieu : Ce n’est pas la justice des hommes, et tout le reste (ce dont nous avons besoin.Mt 6) vous sera donné par-dessus. Les vrais enfants de Dieu seront les seuls à ne pas être dans l’angoisse, ni dans la terreur. Ce sont les seuls. Mais il y en aura très peu. Je voudrais que vous en fassiez tous partie. C’est ce que Dieu veut. Dieu veut que tous les hommes soient sauvés. Mais Il a laissé le choix aux hommes. Les hommes ne L’ont pas reçue car leurs œuvres étaient mauvaises.

Veux-tu la lumière du Seigneur dans ta vie ? Veux-tu que le Seigneur transforme tout dans ta vie ? Es-tu prêt à mettre ta vie sur l’autel, complètement en disant « je ne peux rester dans cet état » ? L’enjeu, c’est la vie éternelle. Notre vie sur terre n’est RIEN, poussière, par rapport à l’éternité. C’est écrit.

Père éternel, je Te remercie. Je Te bénis pour Ta Parole. Tu me nourris chaque fois que je la lis. Merci car à chaque fois que je La lis, que je prépare un message, je suis la première à qui Tu parles ! Je peux alors m’humilier et crier en Te disant, Seigneur : je reconnais que je suis bien loin de tes critères. Je suis bien loin des critères que Tu as donnés pour dire qu’on a la foi, je n’ai que des miettes et je ne donne que des gouttes, là où Tu veux qu’on apporte des fleuves ! Seigneur, pardon pour cette auto satisfaction, satisfaction de « si peu » alors que Tu as prévu qu’on serait des flammes de feu, qu’on serait la Lumière du monde, le sel de la terre ! Et comment l’Église peut-elle prétendre être l’Église alors qu’elle n’est pas la Lumière du monde, alors qu’elle n’est pas la colonne et l’appui de la Vérité, alors qu’elle fait ami ami avec le monde, qu’elle se fond dans le monde, qu’elle prend la coutume du monde et qu’elle croit que c’est juste en étant juste un peu différente. Ce n’est pas ça l’Église ! Non. L’Église n’est pas là où on croit. L’église est faite de personnes qui habitent le cœur de Dieu, qui sont dans la main du Seigneur et que Dieu envoie dans le monde. Peu importe de quelle la manière. « Lèves-toi, suis moi ». Il a envoyé des personnes, qui venaient à peine d’être délivrées car elles savaient ce qu’Il avait préparé pour eux, comme le Gadarénien : « Va dans ta maison, vers les tiens, et raconte-leur tout ce que le Seigneur t’a fait, et comment il a eu pitié de toi.( Mc 5:11) »

Savez-vous ce que Dieu a fait pour vous ?! Avez-vous la vraie foi, celle qui sauve et qui se manifeste par des signes, des miracles et des prodiges ?