Valérie Shä Live Blog: [Paul Washer] Le Cantique des Cantiques: La prière est une communion


Accueil |Shabbat , 7ème jour : direct live & archives | Bibles Et Références | Livres | Non merci? | Ami-es catholiques  
Sauvé(e): puis-je perdre mon Salut? | Faire un don | Auteurs et relayeurs: comment bien faire? |


Serait-il possible que la France comprenne enfin qu’Israël n’est finalement pas “le problème” suscitant le terrorisme dans le monde?


dimanche 8 septembre 2013

[Paul Washer] Le Cantique des Cantiques: La prière est une communion



Source:
http://illbehonest.com/french/le-cantique-des-cantiques-la-priere-est-une-communion-paul-washer

Relayé [?] par ©Valérie Sha Live Blog

 
  Cantique des Cantiques chapitre quatre. Je veux vous parler de la prière comme quelque chose de plus que l’intercession. Même quelque chose de plus que d’avoir la grâce. Mais de la prière en tant que communion.

    Cantique des Cantiques: 4 

7. “Tu es toute belle, ma compagne, en toi point de défaut.”
 


Savez-vous pourquoi vous pouvez venir devant le trône de Dieu?
Il n’y a qu’une seule raison: le sang de l’Agneau. L’Agneau est venu à la croix et est devenu malédiction pour Dieu et Son Père s’est détourné et toute la colère du Dieu Tout-Puissant, qui aurait dû tomber sur votre tête pendant toute l’éternité, est tombée sur l’Agneau. Et quand l’Agneau est mort, Il a satisfait la justice et apaisé la colère de Dieu. Il a payé pour chacun de vos péchés – passé, présent et futur. Ils Lui ont tous été imputés et Il les a enlevés. Il a payé pour eux. Et maintenant, donc, il n’y a plus de condamnation.

Comme Esther, qui voulait tant aller dans la salle du trône, mais elle a du le faire avec peur, parce que si le roi ne tendait pas le sceptre, elle mourait. En Christ, au croyant, le sceptre est toujours tendu; toujours. Il vous voit toujours comme, “Tu es toute belle, ma compagne, en toi point de défaut.” Maintenant, je veux que vous compreniez quelque chose, la justification qui réellement, réellement vous aidera. Vous voyez, vous devez comprendre ça! Si il y avait seulement un seul défaut en vous, vous iriez en enfer. Vous voyez, Dieu ne vous voit pas comme un pécheur pour aller en enfer et alors un tout petit peu mieux, donc, pas pécheur mais vous pouvez être gardé. Et mieux que ça, pour que vous puissiez venir un petit peu plus prés, et vous pouvez vous approcher un peu plus prés, vous pouvez vous approcher un peu plus prés. Vous allez en enfer si vous avez un seul défaut en vous, ce qui aussi doit vous montrer que si vous êtes invités dans la salle du trône de Dieu, c’est parce qu’il n’y a aucun défaut en vous. Que vous êtes beau, parfait et c’est pourquoi vous pouvez venir à Lui. Même en ce jour quand vous commettez des péchés et que la dureté de votre coeur ne vous permet pas de voir ces péchés, vous êtes encore pardonnés et vous pouvez encore venir. Oui, il y a un besoin de traiter ce péché, mais ce que je veux que vous voyez, c’est ceci. A cause de Christ, vous êtes beau. Il n’y a pas de défaut en vous, et si il y avait un seul défaut en vous, vous ne pourriez pas venir. Cela devrait beaucoup vous encourager! Quand Dieu vous regarde… vous savez, nous avons presque cette vue mécanique, vous savez, cette vue légale. Et c’est une “chose légale”, la justification. Mais nous avons presque cette chose de Dieu, à cause de ce que Jésus a fait, Il doit m’accepter maintenant. Et ce n’est pas le… à cause de ce que Jésus a fait, Dieu vous regarde et dit, “Tu es belle, ma compagne, en toi point de défaut.”

Vous voyez la passion? Pouvez-vous voir l’amour qu’il y a là? Pouvez-vous voir le désir et l’attente? Vous voyez, vous ne le pouvez pas parce que vous ne l’avez jamais vu nulle part ailleurs. Nous vivons dans un monde conditionnel. “Vous remplissez toutes les conditions, vous entrez. Vous échouez à certaines conditions, vous êtes virés.” Mais Christ a rempli toutes les conditions, et donc, quand Dieu vous regarde, Il dit, “Tu es belle, ma compagne.” Et Il doit vous voir de cette manière ou vous irez en enfer. Mais Il vous voit de cette manière à cause de Christ et Il vous voit toujours de cette manière! Sa disposition envers vous ne change pas. C’est tellement merveilleux ce que Christ a fait pour nous! “Tu es belle, ma compagne, en toi point de défaut.” Cela devrait être le plus grand encouragement pour que vous priez. Cela devrait être le plus grand encouragement pour que vous demandiez à Dieu, “Examine-moi, O Seigneur. Montre-moi mes voies.” Cela devrait être le plus grand encouragement pour que vous confessiez vos péchés. Parce que ce n’est pas un Juge qui vient à vous et un Juge ne viendra plus jamais à vous, seulement un Père, seulement un Père.

Je crois que c’est le frère Mike Maro qui me disait ceci, que vous n’êtes pas seulement justifiés, vous êtes adoptés. Vous savez, quand quelqu’un va devant un juge et que le juge l’acquitte, le juge ne l’invite pas alors à venir à la maison avec lui. Dieu n’a pas fait que vous justifier, Il vous a adopté. Et Il vous regarde avec un tel amour, avec une telle tendresse, avec une telle joie à ce qu’Il a rendu possible! Ceci à cause de la puissance du sang de l’Agneau, quand Il vous regarde, vous êtes beaux, il n’y a pas de défaut.

Ensuite Il dit, au verset 8, “Viens, viens avec moi du Liban, ma fiancée. Viens avec Moi du Liban! Regarde du sommet de l’Amana, du sommet du Sénir et de l’Hermon, des tanières des lions, des montagnes des léopards; viens.” Dieu appelle toujours Son peuple à venir. Et Satan lui dit toujours, “Vous ne pouvez pas y aller. Regardez-vous, comment pouvez-vous y allez? Il sait ce que vous avez fait. Il connait vos péchés. Il sait à quel point vous êtes ignobles. Il connait la dureté de votre coeur. N’allez pas vers Lui!” Mais ce sont les mots du menteur et du séducteur. Et parfois vous le croyez parce qu’il est si difficile de croire Dieu en ce qui concerne Son amour, parce que Son amour est si grand. Vous savez, j’aime dire ça aux personnes qui doutent de l’amour de Dieu.

Je… mes amis charismatiques me disent toujours que le plus grand acte de foi est d’être capable de ressusciter les morts. Je leur dis, “Pour les Baptistes, ce n’est rien. Nous le faisons chaque dimanche.” Ils disaient, “Pour ressusciter les morts, quelqu’un qui puisse vraiment ressusciter les morts, il a tellement de foi!” Je disais, “Non, ce n’est pas le plus grand acte de foi. Voulez-vous savoir quel est le plus grand acte de foi? Je vais vous le dire. Le plus grand acte de foi chez le chrétien c’est de regarder dans le miroir de la Parole de Dieu et de voir tous ses défauts et ensuite de croire par la foi que Dieu l’aime autant qu’Il le dit.” C’est la foi!

Parce que vous devez croire quelque chose que vous n’avez même jamais vu nulle part ailleurs dans le monde! Personne n’est comme Dieu et aucun amour n’est comme l’amour de Dieu! Quand Il vous dit de venir, ne savez-vous pas que Celui qui a parlé sait tout de vous? Il sait tout ce que vous avez fait, tout ce que vous allez faire! Donc si Il dit “Vien”, alors l’invitation est “viens”. Tant de croyants se tiennent constamment loin de Dieu ou, vous avez fait ceci, n’est-ce pas? Vous avez vraiment tout gâché, vous avez vraiment péché. Vous en êtes convaincus, et c’est bien. Vous le confessez, c’est bien. Et ensuite vous réalisez que vous devez vous tenir loin de Dieu pendant plusieurs jours jusqu’à ce que vous ayez gagnés assez de bons points pour revenir. c’est un mensonge. Il dit, “Viens, viens, viens”.

Une des plus belles choses dans ma vie, c’était quand, un jour au Pérou au troisième étage d’une maison à Meaflordes, j’ai compris que Dieu m’aimait réellement. Toutes mes taches, toutes mes imperfections, toutes les choses que j’avais faites, devant Lui elles avaient été effacées en Jésus Christ, Il m’aime tout simplement et veut m’aimer tout simplement et ne jamais arrêter de m’aimer. Et que je ne me connaissais pas autant qu’il me connaissait, et pourtant Il m’aime encore. Jude dit ceci, “Pour vous garder dans l’amour de Dieu.” Or, beaucoup de prédicateurs vont le déformer et le transformer en légalisme. “Vous devez continuer à aimer Dieu.” Ce n’est pas ce que ça signifie!

Je ne connais rien aux plantes, mais si vous me disiez que vous avez une plante qui meurt et je dit, “Bon laissez-moi jeter un oeil.”, et je viens chez vous, vous m’emmenez dans la pièce centrale, dans le placard de la pièce centrale, qui est totalement noire, et vous ouvrez la porte et il y a une plante. Je vous dirais, “Bon, je ne connais pas grand chose sur les plantes, mais je peux vous dire ceci, vous devez garder cette plante dehors à la lumière du soleil. Parce que plus vous gardez cette plante loin de la lumière du soleil, plus elle va se flétrir.” Je vous dit ceci, croyant, c’est un problème. Vous devez vous garder dans l’amour de Dieu. Or, comment faites-vous ça? Par la foi. Comment faites-vous ça? La Parole de Dieu. Une des choses qui aiderait certainement la plupart des gens dans cette pièce maintenant serait de trouver chaque verset dans la Bible qui parle de l’amour de Dieu incommensurable et inconditionnel, de les mémoriser, de méditer dessus jusqu’à ce que vous les croyez. Restez dans la reconnaissance… continuer à reconnaitre, continuez à croire que Dieu vous aime autant qu’Il Le dit et vous ne craindrez pas de venir dans Sa présence.

Il dit, “Viens avec Moi.” Mais aussi, regardez ce qu’Il dit, “Humiliez-vous.” “Humiliez-vous.” Nous sommes tellement remplis d’orgueil. Nous sommes tellement remplis de vanité. Nous marchons toujours dans des lieux élevés où nous ne sommes pas à notre place. La foire aux vanités c’est là où notre chair veut vivre, envoutée par les babioles et les choses qui scintillent et font du bruit, envoutée par des choses qui n’ont aucun intérêt. Soucieux des vêtements, et des marques qu’il y a dessus. Soucieux du type de voiture que vous conduisez. Soucieux se savoir si oui ou non votre gamin va à suffisamment de partie de football pendant la semaine. Vous passez chaque petite partie de votre vie sur ce qui n’a aucun intérêt! Et vous finissez détruit et brisé et angoissé et fatigué!

Et Dieu dit, “Viens acheter de Moi. Viens, descends. Descends de ces endroits qui ne peuvent pas te nourrir. Descends de ces endroits qui ne peuvent te faire aucun bien. Et descends de ces endroits dangereux que tu préfères.” Regardez ce qu’Il dit, Il dit “Des tanières des lions et des montagnes des léopards, descends.” Ce sont des endroits dangereux; dangereux!

La peur est une bonne chose. Vous devriez avoir peur de ce que ce monde peut vous faire. Vous devriez avoir peur de ce que le péché peut vous faire. Vous devriez avoir peur de ce que votre égo peut vous faire. Descends. Sors de là! Et éloignez-vous des gens qui sont envoutés par ce monde. Vous dites, “En fait, je veux être avec eux pour les sauver.” Sauve-toi toi-même d’abord; sors! Marche avec des personnes, des personnes qui ont des yeux qui ne font pas le mal, qui ne sont pas remplis de ténèbres, des personnes qui vous dirigent toujours vers les choses éternelles. Le problème est que, c’est comme ça que l’église est supposée être. Mais parce que l’évangile est si faible, et aucune discipline d’église n’est mise en pratique, l’église est remplie de gens mauvais qui aiment les choses mauvaises, et il est difficile de trouver quelqu’un dans l’église qui vous dirigera vers tout ce qui éternel! C’est presque comme à l’époque de Wesley et Whitfield, quand vous deviez aller dans l’église et faire un club saint. Descendez de ces choses. Ne savez-vous pas qu’à l’intérieur de vous, dans votre chair, votre chair a une réelle capacité de faire d’absolument n’importe quoi une idole? Votre chair peut prendre la Bible et l’utiliser et faire de la connaissance une idole, faire du ministère une idole. faire de presque tout une idole, même de ce qui est bon et saint et juste.

Il dit, “descends.” Et regardez ceci dans le verset 9, “Tu m’as ravi le cœur, ma sœur, mon épouse. Tu m’as ravi le cœur par un seul de tes regards.” Or, si cela ne vous amène pas à prier, je ne sais pas ce qui le fera. Qu’est-ce que cela me dit? Je vous dis que, vous pouvez entendre le cœur Divin battre plus vite, avec un seul de mes regards.

Les gars, vous rappelez-vous quand, ceux d’entre vous qui êtes mariés, votre épouse, avant que vous l’épousiez, elle n’avait qu’à vous regarder du coin de l’œil pendant que vous étiez assis là dans l’église à travers la pièce, et on aurait dit que vous alliez vous évanouir juste là. Vous vous rappelez de ça? Et bien, vous devriez vous en rappelez. Qu’est-ce qui ne va pas avec vous? Vous devriez encore avoir ce sentiment. Elle vous regarde et vous allez… C’était la puissance de ce regard. On en parle comme d’une chose dangereuse quand il s’agit d’une femme étrangère. Mais quand il s’agit de la femme que Dieu a prévu pour vous, et elle vous lance un regard et votre cœur tombe sur le sol et roule le long de l’allée jusque devant l’église. C’est une bonne chose! C’est la puissance de ce sentiment! Dieu nous aime tant! Juste un coup d’œil de vous vers le haut pendant la prière, Son cœur bat plus vite, Son cœur bat plus vite.

Je n’oublierai jamais après que mon petit garçon Ian soit né… J’ai eu une enfance très difficile, pour ne pas dire plus. Et… mais quand mon petit garçon est né, je n’oublierai jamais, il était assez vieux, finalement pour être capable de sourire et embrasser et lever ses bras dans l’air. Et je n’oublierai jamais, il était couché là sur notre lit en haut et j’ai tourné le coin de l’étage et je suis entré dans la pièce et alors quand il m’a vu… or, vous devez comprendre, mon garçon aurait pu avoir une attaque cardiaque, il était tellement excité à regarder un mur blanc. Mais il m’a regardé et au moment où il m’a regardé, il est devenu… Il n’y avait aucun doute dans l’esprit de ce petit garçon que son père allait courir jusque là, l’attraper, le soulever et l’embrasser. Il n’y avait aucun doute. Vous parlez d’estime de soi ou de… il n’avait aucun doute qu’il était aimé! Il savait qu’il n’avait qu’à me regarder et j’étais foutu. Mais alors j’espère que ma femme ne donnera pas naissance à une fille. Je vais mourir!

Mais ce que je veux que vous voyez c’est, comment pensez-vous que ces choses arrivent? Pensez-vous qu’elles viennent de la création, ou qu’elles naissent de la nature humaine? Pourquoi ces choses existent-elles dans la création, vous êtes-vous déjà posé la question? Dieu les a mises là. Et pourquoi les a t-Il mises là? Pour vous parler de Lui. Comment pouvez-vous aimer un enfant, Comment pouvez-vous oser penser que vous aimez un enfant plus que Dieu vous aime. Vous ne pouvez même pas commencer à… un regard en haut! Vous dites, “Oh frère Paul, vous ne comprenez pas.” Fils, vous ne comprenez pas à quel point le sang de Jésus Christ est puissant. Juste un regard.

Voyez la crainte du Seigneur, vous devez le comprendre. Un petit garçon peut craindre son père, parce qu’un jour il court vers son père avec un dessin qu’il a fait et il dit, “Regarde papa.” Son père attrape le dessin et dit, “Oh, c’est absolument magnifique.” Et le petit garçon continue, il joue et tout va bien. Le lendemain, le petit garçon vient en disant “papa” un dessin différent, le donne à son père. Son père est d’une humeur terrible, il attrape le dessin, frappe le petit garçon et l’envoie balader à travers la pièce. Le petit garçon tremble. Pourquoi? Il craint son papa. Pourquoi? A cause de l’incohérence du caractère de son père. Cela n’arrive pas avec votre Père céleste. Son caractère est absolument parfait. A cause de l’œuvre de Christ, Il ne peut pas vous aimer plus, Il ne vous aimera pas moins.

Un seul coup d’œil, vous L’attrapez, vous L’attrapez, vous L’attrapez. Un seul coup d’œil et Son cœur bat plus vite. Regardez ce qu’Il dit, “Tu m’as ravi le cœur, ma sœur, ma fiancée. Tu m’as ravi le cœur par un seul de tes regards…” Maintenant regardez ceci, “…par une seule maille de tes colliers.” Laissez-moi vous dire ceci, où a t-elle eu ces colliers? Elle les a eu de Lui. Vous savez, toute cette beauté que vous avez, c’est un cadeau.

Vous savez, votre frère ainé, il n’est pas comme Joseph. Il est celui qui est plus grand que Joseph. Joseph avait une tunique de plusieurs couleurs qu’il n’aurait pas partagé avec ses frères. Mais notre Joseph, notre Jésus, a une tunique de plusieurs couleurs, une justice sur Lui qui est à Lui par son propre travail, et Il vous la donne. Vous savez, quand Il vous regarde et ne voit aucune tache, aucun défaut, Il voit ces magnifiques parures qui pendent tout autour de vous, ce sont les choses qu’Il vous a Lui-même données. C’est ce dont parle la grâce! Et c’est si merveilleux, si merveilleux! Qu’Il vous ait sauvé et pas seulement purifié, mais Il vous a habillé de Sa propre grâce.

Et à chaque fois qu’Il vous regarde, c’est ce qu’Il voit. Vous dites, “Frère Paul, arrêtons-nous un moment. Et en ce qui concerne le péché? Vous savez, frère Paul, il y a autant, vous savez, d’adultère dans l’église qu’en dehors de l’église et il y a autant de mensonge et de tricherie et de vol et de fornication et de pornographie et autre dans l’église qu’en dehors de l’église parce que c’est ce que nos dirigeants évangéliques nous disent.” C’est un mensonge! C’est un mensonge. Il n’y a pas autant de pornographie, de fornication, d’adultère, de mensonge, de tricherie et d’immoralité dans l’église qu’en dehors de l’église. Votre problème, c’est que vous ne savez pas ce qu’est l’église. L’église n’est pas constituée de toutes les personnes qui vont se rassembler demain matin. Non, l’église n’est pas parfaite. Mais elle est en train de devenir parfaite et de se sanctifier et Celui qui a commencé une œuvre bonne en elle la finira. Et Il la garde avec zèle et l’Esprit qui est en elle la garde avec zèle et Il la discipline avec zèle parce qu’Il l’aime avec zèle. Je vous dis quoi, beaucoup d’hommes vont avoir à répondre de ce qu’ils ont appelé l’église de Jésus Christ, parce qu’ils ont regardé un paquet de personnes inconverties, perdues, charnelles qui sont devenues membres de l’église et les ont identifiés à l’église et donc, ils ont blasphémé leur Dieu en parlant si durement contre Son épouse. Son épouse est belle. Elle est parfaite, mais elle est brisée et elle marche et elle grandit et elle change et Il fait quelque chose d’elle.

Donc Il dit, “Que de beauté dans ta tendresse,” au verset 10, “Que de beauté dans ta tendresse, ma sœur, ma fiancée. Combien ta tendresse vaut mieux que le vin.” Maintenant, je vous que vous regardiez quelque chose.

Je trouve ça très difficile quelques fois quand quelqu’un chante, “Oh, combien j’aime Jésus…” Je trouve ça très difficile de le chanter. Oui. Je regarde mon amour et je ne vois rien qui vaut la peine d’être chanté, pour être honnête avec vous. Je regarde un coeur qui est quelques fois froid. Je préfèrerai chanter, “Oh, combien Jésus m’aime” plutôt que “Oh, combien j’aime Jésus”. Et dans un certain sens, c’est très, très bon. Mais nous devons faire très attention ici.

Parce que regardez ce qui est dit, “Que de beauté dans ta tendresse, ma sœur, ma fiancée.” Le frère Mike, encore ce matin, me parlait de la façon dont le grand prêtre sanctifie nos choses saintes. Il a partagé ça avec moi ce matin, et en plus ça va avec mon message. Notre Grand Prêtre, notre médiateur, notre intercesseur, notre Christ, notre Capitaine, l’Homme devant dieu pour nous, Il sanctifie et rend saintes toutes nos offrandes à Dieu. Même cet amour qui est si aveugle et si impur, quand il passe à travers Lui, il est magnifique. Ne voyez-vous pas, vous les saints, ce qu’Il a fait pour vous ? Il a tant fait. Il a tout accompli. Il a fait toutes les choses bien. Il n’a laissé personne de côté.

Donc Il dit, “Combien ta tendresse vaut mieux que le vin et la senteur de tes parfums que tous les aromates.”

J’en tomberais par terre. Je voudrais prêcher sur tout le passage, mais regardez au verset 12, “Tu es un jardin clos, ma sœur, ma fiancée. Une fontaine close, une source scellée.” Or, qu’est-ce que ça signifie? Elle est chaste. Elle est un jardin clos. Je dis aux jeunes femmes que j’enseigne, quand j’enseigne aux étudiants de l’université et donc, je dis, “C’est le texte pour vous.” Et pour les jeunes hommes, c’est la même chose. Vous devriez être un jardin clos.

Les jeunes gens pensent aujourd’hui qu’ils sont purs sexuellement si ils n’ont jamais eu de rapports, pourtant ils ont eu d’autres choses. Non! Être chaste c’est être un jardin clos! Personne n’a touché le fruit, et encore moins y a gouté. Personne n’a même regardé. C’est un jardin fermé. Et de la même façon, l’église de Jésus Christ, nous devrions être un jardin fermé, un jardin clos. Fermez les portes à tous les autres amoureux! Ils veulent seulement vous blesser de toute façon. Ils veulent seulement nous déchirer comme les loups et les lions. Et pour ceux d’entre vous qui êtes pasteurs à l’extérieur, laissez-moi vous dire quelque chose. Apprenez ceci. Votre boulot numéro un en tant que pasteur, Dieu vous a confié Son épouse, vous la protégez, vous la protégez.

C’est ce qui est mal avec la croissance de l’église, c’est ce qui est mal en descendant la barre pour avoir autant de personnes que possible, c’est ce qui est mal en ne pratiquant pas la discipline d’église. Votre boulot principal c’est de protéger l’épouse de Jésus Christ et de la présenter devant Lui comme une vierge pure et chaste.

Vous ne pouvez pas créer une épouse; Il l’a crée. Donc arrêtez d’essayer d’en créer une et commencer à faire votre travail, de la protéger et de la nourrir et de la garder et de l’aimer et de la présenter un jour devant Lui. Mais regardez, c’est comme ça que nous sommes supposés être, cette église. Nous avons été invités à entrer en communion avec le Dieu vivant. Pourquoi chercheriez-vous d’autres choses? Pourquoi chercheriez-vous à donner ce que vous avez à d’autres choses, de vous donner entièrement à d’autres choses? Fermez-vous à tout autre chose et donnez-vous à Lui, à Christ seul, à Dieu seul!

Donnez-moi un jeune homme qui est fermé au monde… tant d’hommes, tant de jeunes hommes, ils ne sont concernés que par l’amitié, les groupes, se rassembler et chanter Kumbaya et essayer d’être radical. Donnez-moi un homme qui se détachera de tous ceux-là et qui se fermera au monde pour Dieu. Un de mes amis parlait à Léonard Ravenhill un jour et il a dit frère Ravenhill, il dit, “Le frère Paul Washer, un de mes très chers amis, traverse vraiment des combats et des moments terribles.” Léonard Ravenhill m’a envoyé une petite brochure. Il était écrit dessus, “Frère Paul”. Et le titre de la brochure était, “Un autre peut mais vous ne pouvez pas.” Et ce qu’il dit c’est simplement ça, Ok, laissez tous les autres aller au centre commercial toute la journée. Laissez les autres regarder la télévision. Laissez les autres aller à de stupides concerts chrétiens, Dieu n’est pas dedans. Laissez les autres aller à des retraites chrétiennes ou à des sorties ski. Mais si vous voulez réellement être un homme de Dieu, ils peuvent mais vous ne pouvez pas.” Quand j’ai été appelé au ministère, je suis allé parler à mon pasteur au Texas, un homme de Dieu, très, très, très, très usé. Et il m’a regardé et la première chose qu’il m’a dit, “Garçon, peux-tu être seul?” Et j’ai pensé qu’il voulait dire que si je prêchais la vérité, je serais seul. Ce n’est pas ce qu’il disait. Ce qu’il disait c’était, “Peux-tu te séparer de tous ces garçons et aller chercher Dieu? Peux-tu te fermer au monde pour Lui?” Nous pouvons passer notre temps à apprendre à faire du crochet, nous pouvons passer notre temps à faire le poirier, vous pouvez passer votre temps sur un parcours de golf, vous pouvez passer votre temps en bonne compagnie, à manger des donuts et à faire toutes sortes de choses. Mais pourquoi est-ce si difficile de passer du temps enfermé seul avec Celui qui vous aime le plus?

Cela montre que, bien que nous ayons été complètement racheté, il y a un aspect de nous appelé la chair qui n’a pas été rachetée.

Maintenant, je veux laisser ce sujet et je veux aller rapidement au verset 16. La fiancée parle et elle dit, “Eveille-toi, vent du nord! Viens vent du sud! Souffle sur mon jardin, et que ses aromates s’en exhalent! Que mon bien-aimé entre dans son jardin, et qu’il mange de ses fruits exquis!” Or, voici une jeune femme qui a fait tout ce travail, toute cette préparation et il n’y a qu’une seule raison pour cela. Son seul désir est que le vent vienne et exhale le parfum de ce qu’elle a fait pour celui qu’elle aime et qu’il, en respirant une bouffée de ce parfum, entre et reçoive d’elle les cadeaux qu’elle a préparés. C’est son plus grand désir. Je me rappelle quand j’étais comme ça, je me rappelle quand j’ai été sauvé.


Avec plaisir vous vous rappelez la même chose. La seule chose que vous vouliez c’était Ses yeux. La seule chose que vous vouliez c’était Son attention. Vous priez, vous lisiez la Parole, étant à moitié fou la moitié du temps, plus que zélé, sauvage, pas de théologie, rien. Mais la seule chose que vous vouliez… vous sortiez pour gagner des âmes, frappant aux portes, lisant votre Bible, vous tenant sur les mains la tête en bas et citant la confession de Westminster. Tout ce que vous pouviez faire pour, “Oh Seigneur, regarde-moi! Oh Seigneur, sois avec moi! Seigneur, je ferais n’importe quoi pour T’avoir! Seigneur, viens dans cette pièce! Ne me laisse pas comme ça! Prends ma vie, mais donne-moi Ta présence!” Est-ce qu’Il regarde? Est-ce qu’Il regarde?

Vous rappelez-vous quand vous étiez comme ça? Et ensuite il dit dans le verset 1 du chapitre 5, “J’entre dans mon jardin, ma sœur, ma fiancée. Je recueille ma myrrhe avec mes aromates, Je mange mon rayon de miel avec mon miel, je bois mon vin avec mon lait.” Vous savez ce qui est si merveilleux? Ce roi n’a aucun besoin d’un jardin d’une petite fille. Il a dix mille hommes travaillant 24 heures sur 24 pour lui faire des jardins, des jardins suspendus, des jardins de fleurs, des jardins de légumes, toutes les sortes de jardin que vous pouvez imaginer. Il est le roi. Mais ce roi vient à Sion, monté sur le petit d’une ânesse. Ce roi est un roi humble. Ce roi est un roi aimant. Et ce roi lui donne le désir même de son cœur. Son plus grand désir, son cœur désire qu’il prenne simplement d’elle ce qu’elle offre; et il le fait. “J’entre dans mon jardin,” il dit, “ma sœur, ma fiancée.” Nous disons toujours, “Je veux être à Lui.” Il dit, “Tu es à moi.” “Je veux Lui donner ceci.” Il dit, “Je le prends.” L’audace de Son amour est juste incroyable. Il dit, “Tout ça. J’entre dans mon jardin, je recueille ma myrrhe, mes aromates, je mange le rayon de miel, le miel, je bois le vin, le lait. Tout ce que tu m’offres, ‘Je te le donne’.” C’est tellement stupéfiant!

Je ne serai jamais Charles Spurgeon. Je ne serai jamais George Muller. Je ne serai jamais rien d’autre sauf juste qui je suis, un gars qui va vivre et mourir et c’est tout. Et vous savez quoi? Peu importe! Vous n’avez pas à être John Piper. Vous n’avez pas à être Jonathan Edwards pour être dans le cercle intérieur, parce que si vous êtes en Christ, vous êtes dans le cercle intérieur.

Nous vivons dans un monde… Le christianisme a une telle hiérarchie, c’est incroyable. Elle n’existe pas dans le royaume des Cieux. Toute votre vie vous avez été exclus. Oui. Il y a des endroits où vous n’avez pas assez d’argent pour y entrer. Il y a des endroits où vous n’avez pas assez d’intelligence pour y aller. Il y a des endroits où vous n’êtes pas assez beau pour y entrer, croyez-moi. Il y a des endroits tout autour où vous êtes exclus. Il y a des cercles intérieurs, vous ne pouvez pas en faire partie. Vous passez devant, vous les voyez, vous baissez la tête, vous continuez à marcher. Certains d’entre vous, vous allez à des conférences de pasteurs et vous voyez assez clairement, des pasteurs de… ils devraient avoir des signes, “Les pasteurs des églises de plus de 5000 personnes, tenez-vous là s’il vous plaît et parlez.” “Les pasteurs des églises de 2500 à 5000 personnes, cette section vous est attribuée.” “De 2000 et moins, vous devez allez là-bas.” “Les gars avec 50 à 100 personnes, les toilettes sont juste après le coin.” Hiérarchies! Et ce qui est stupéfiant, le gars avec 50 personnes dans son église n’est jamais appelé à prêcher dans une conférence, à moins bien sûr que ce soit une conférence d’Heartcry, parce que cette hiérarchie n’existe pas! Elle n’existe pas!

Il ne dit pas, “Bon, pourquoi devrais-je… J’ai Spurgeon là-bas et j’ai celui-ci là-bas et celui-la là-bas.” Qui a besoin de vous? Il n’a besoin de personnes. Il ne dit jamais qu’Il a besoin. Mais Il vous aime, Il vous aime. Vous dites, “Mais j’ai fait tellement.” Vous ne connaissez même pas la moitié de tout ce que vous avez fait. Il vous aime.

J’aime ce passage, “Il ne brisera pas le roseau broyé, et il n’éteindra pas la mèche qui faiblit.” Prenez un roseau, il se brise dans votre main, c’est une chose délicate. Il a un défaut. Jetez-le; il y a toujours toutes sortes de jonc partout. Ne travaillez pas avec cette chose; jetez-la. Pas Jésus. Vous vous brisez dans Ses mains, les gens regardent et disent, “Inutile. Aucune musique ne sortira de ça”. Il dit, “Regardez-moi.” Il vous répare et Il joue la plus belle musique que vous n’auriez jamais pu imaginer sortant du roseau le plus brisé. La mèche qui faiblit – Quand j’étais un petit garçon et que les lumières s’éteignaient toutes. Il y a une tempête de glace, nous avons toutes ces lampes au kérosène. Mais puisque que nous ne les avons pas utilisées trés souvent, nous les avons oubliées. vous ne voulez pas laisser une de ces lampes être à court d’huile parce qu’une fois qu’elles sont à court d’huile, la mèche commence à brûler. C’est la chose la plus horrible que vous ayez jamais senti dans votre vie. Ouvrez la fenêtre, jetez-la. Jésus, non. Vous attristez le Saint-Esprit, vous sentez mauvais, vous gâchez tout. Quelqu’un se tient là et dit, “Jetez-le dehors.” Christ prend la lampe, la tient contre Sa poitrine, nettoie la mèche, la remplit d’huile, et l’allume.

Vous avez un Dieu. Vous avez un Sauveur. Alors Il dit, “Je viens.” Ce qui est stupéfiant ici, c’est ce qui m’est arrivé ces derniers jours…

Il est dit, “Mangez amis, buvez, enivrez-vous de tendresse.” J’ai entendu des hommes, des hommes très imparfaits, se lever au pupitre et prêcher avec un peu d’onction du Saint-Esprit sur leurs vie et j’ai mangé avec eux. C’est stupéfiant quand quelqu’un tombe amoureux de Jésus Christ, il installe un banquet pour tout le monde autour de lui. L’avez-vous déjà remarqué ? Juste… tout le monde, mangeons. Mangeons simplement. C’est une chose absolument merveilleuse.

Et ensuite Il dit au verset 2, nous descendons et nous voyons quelque chose, “J’étais endormie, mais mon cœur veillait. C’est la voix de mon bien-aimé qui frappe, ‘Ouvre-moi, ma sœur, ma compagne, ma colombe, ma parfaite. Car ma tête est couverte de rosée, mes boucles, des gouttelettes de la nuit.” Voici venir ce merveilleux amoureux, voici venir cette merveilleuse épouse, voici venir le roi. Et il y a quelque chose que… seulement une chose que je veux souligner, même si il y avait sept sermons sur ce verset, il y a une seule chose que je veux souligner et c’est celle-ci. Il vient à l’improviste; Il vient à un moment inattendu. Et pourquoi ferait-il ça? Parce que l’amour est audacieux.

Y-a-t-il un ange debout derrière moi en train de chanter? Qui s’occupe de … s’il vous plait isolez ce gars. Il continue encore. Vous savez, si nous étions au Pérou, j’aurais pris un rocher. Ma seul chance de voir un ange apparaitre. Tom Clay est vraiment un petit gars, se cache-t-il là quelque part? Quelqu’un dit, “Oh, frère Paul, tu n’aurais pas du faire ça. Dieu était en train de travailler et maintenant tu as étouffé…” Écoutez, si Dieu travaille, Il continuera à travailler quand je retournerai à ce sermon, okay? Quelqu’un a dit à Spurgeon, “Vous devez battre le fer pendant qu’il est chaud.” Spurgeon a dit, “Si c’est Dieu qui chauffe le fer, il restera chaud.” Si ça recommence, je tue quelqu’un. Okay. “Seigneur…” Oui, vous ne pouvez pas avoir d’église sans tous ces trucs multimédia. Il se montre sans avoir été annoncé, complètement à l’improviste. Pourquoi? Parce que l’amour croit qu’il peut. vous devez prendre Jésus aux mots. Mais ne faites pas d’erreur; Il va vous prendre à vos propres mots. “Je t’aime Seigneur.” Savez-vous ce que ça signifie? Il croit assez pour dire, “Okay, ça signifie que Je peux venir à deux heures du matin et frapper à ta porte.” Cela signifie, pasteurs, que quand vous avez toutes sortes de choses à faire, Il peut venir et frapper à votre porte et dire, “Je suis là; reste avec Moi un moment.” C’est ce que ça signifie.

Maintenant, Il vient à l’improviste et elle dit, “J’ai enlevé ma robe, comment puis-je la remettre? Je me suis lavée les pieds, comment puis-je les salir à nouveau?” Or voici une fille qui littéralement irait au marché 37 fois par jour absolument pas pour sa mère, juste dans l’espoir de heurter ce gars. C’était une fille qui aurait fait absolument tout pour attirer son attention. mais voilà ce qui se passe. Quand vous attirez l’attention de quelqu’un, quand vous avez gagné l’amour de quelqu’un, l’amour devient souvent assez commun.

Je me rappelle être aller dans les montagnes des Andes, la première fois de ma vie, au-dessus du chemin de fer le plus haut du monde et je suis assis là m’émerveillant de toute la beauté des Andes et le vieux missionnaire, Holmer Crane, est assis là en train de ronfler. J’ai pensé, “Comment son cœur pouvait-il être aussi dur pour ne pas voir toute cette beauté de la création de Dieu?” Il y a des années j’ai emmené un groupe d’étudiants au même endroit et pendant qu’ils poussaient des Ohhhhh et des Ahhhh, je ronflais. Pourquoi? Parce que quand vous voyez quelque chose encore et encore et encore, à cause du péché, ce n’est plus spécial.

Maris, c’est un reproche pour nous et nos femmes. Ce même regard qui a arrêté votre cœur devrait l’arrêter aujourd’hui. Ce n’est pas que son regard a changé, votre cœur a changé.

Mais nous regardons ça et Il dit, elle dit, “C’est comme une corvée maintenant d’aimer. c’est comme une corvée aujourd’hui d’aimer.”

Vous rappelez-vous ces moments, saint, vous rappelez-vous ces moments quand vous priiez, quand vous appeliez les gens et qu’ils priaient avec vous et que vous lisiez la Bible et vous vouliez marcher dans la vérité et si vous aviez pensé que vous aviez attristé le Saint-Esprit, ça aurait brisé votre coeur et vous auriez crié à dieu et vous auriez fait quelque chose, vous L’auriez cherché, vous L’auriez supplié, vous auriez voulu Sa présence absolument? Mais maintenant, Il apparait à 10 heures du soir et vous dites, “Seigneur, que veux-Tu? Je suis allé à une conférence de la Bible pendant trois jours. N’ai-je pas donné assez?” Regardez à quel point c’est terriblement triste! “Seigneur, je suis fatigué. Tu sais…” Et les pasteurs sont les pires. C’est pourquoi les pasteurs ne devraient pas avoir de télévision. Parce que c’est littéralement, “Seigneur, je suis mentalement et autre chose, je suis juste totalement et complètement épuisé.” Vous sentez ce coup de coude quand le Seigneur dit, “Éloigne-toi avec Moi. Je sais que c’est dimanche soir et je sais que tu es épuisé. Éloigne-toi avec Moi et laisse-moi te remplir et donner la paix à ton esprit qui est si fatigué.” “Oh Seigneur, ça ne le fera jamais. Je veux dire, je vais m’assoir là et simplement regarder quelque chose pour réellement… s’il te plait Seigneur, j’ai travaillé dur, n’est-ce pas?”

Il y avait une époque où… oh, c’est tellement drôle, vous savez, quand vous êtes un tout nouveau chrétien. Partout où vous regardez, vous voyez le visage de Jésus. Chaque… Vous mangez trop de pizza, vous faites un rêve la nuit, vous essayer de l’interpréter. C’est Jésus, tout est Jésus. Vous voulez simplement voir Jésus. Le vent souffle contre votre nuque, vous savez, Jésus. Vous préparez des choses, tout ce que vous voulez c’est Jésus. Or, Jésus vient vraiment comme un amoureux dans votre maturité et tire sur votre cœur et dit, “Éloigne-toi avec moi.” Et vous refusez que ce soit Lui. Vous ne voulez pas que ce soit Lui! “Oh, ce n’était pas Lui; ce n’était pas Sa voix. C’est juste mon imagination.” Il y a eu un temps où même si ça avait été votre imagination, vous seriez allé prier. Vous auriez utilisé ça comme une excuse. “Oh, m’as-Tu appelé?” Regardez comme le cœur peut devenir froid.

Et ensuite Il dit, nous lisons au verset 4
, “Mon bien-aimé a passé la main par l’ouverture, mes entrailles ont frémi à cause de Lui. Je me suis levée pour ouvrir à mon bien-aimé; et de mes mains a découlé la myrrhe, de mes doigts, la myrrhe s’est répandue sur la poignée du verrou. J’ai ouvert à mon bien-aimé; mais mon bien-aimé avait tourné le dos, il était passé. Ses paroles me faisaient rendre l’âme. Je l’ai cherché et ne l’ai pas trouvé.”

Savez-vous ce qui se passe? Jésus est toujours le Dieu qui passe par là. Vous êtes là-bas en train de lutter dans une tempête, Il marche sur l’eau; Il marche comme s’Il continuait son chemin. Vous devez L’appeler. La route pour Emmaüs, Il va continuer à avancer. Vous devez Le rappeler. “Non Seigneur, reste un moment avec nous.”

Je veux que vous sachiez quelque chose. Le vrai amour est très sensible, comme le Saint-Esprit… le symbole du Saint-Esprit est une colombe, la sensibilité de l’amour de Dieu. L’amour de Dieu tirera, et par grâce, tirera encore, et par grâce peut-être encore quelques fois. Mais tôt ou tard les coups cesseront. Et vous savez ce qui vous restera, n’est-ce pas? Ce que beaucoup d’entre vous ont. La plus grande partie de votre vie de prière n’est rien sauf vous mettre à genoux et prier comme si il y avait un vacarme autour de votre tête. Et vous criez tout le temps, “O Dieu, donne-moi Ta présence, Ta présence, Ta présence. Oh Seigneur, Je veux Ta présence et la présence ne vient jamais.” Et alors vous vous levez et vous allez vous coucher. Vous savez, l’amour peut être vite blessé. Il tirera et il tirera. Vous savez de quoi je parle, n’est-ce pas? Il y a des moments où vous voudriez rester avec Lui et ensuite ça en arrive au point où cela devient commun et il vous appellerait et vous ne viendriez pas. Et ensuite Il a arrêté de vous appeler et vous vous êtes rappelé et vous êtes allé vers Lui. Vous L’avez cherché, mais vous ne L’avez pas trouvé.

Je n’oublierai jamais quand Charo et moi avons fait une fois quelque chose qui n’était pas biblique. Elle est allée aux États-Unis pendant environ 82 jours pour finir ses cours et je suis resté au Pérou. J’étais dans la jungle la plupart du temps. Quand je suis sorti du Pérou… J’étais comme, je ne sais pas quel jour c’était, mais ces 82 jours ont tardé à finir. Et j’étais assis là dans ce petit appartement que nous avions et elle n’était pas là et elle me manquait terriblement. Et je suis allé dans le tiroir et j’ai sorti un de ses pulls. Il avait son odeur. Alors je me suis assis là sur le lit et je l’ai porté à mon visage. Je ne sais pas si ça m’a aidé ou blessé. Parce que tout ce qu’il y avait c’était un parfum persistant, la personne n’était plus là. C’est la même chose dans la plus grande partie de notre vie de prière, si souvent. Juste un parfum persistant de l’amour rejeté. Christ passe et trop souvent, nous disons, “Oh Seigneur, je suis au lit. Oh Seigneur, j’ai servi toute la journée.” Et vous savez la blessure… savez-vous à quel point l’amour est blessé d’être rejeté? Quelle blessure c’est? C’est mieux qu’un amoureux soit un taureau dans un magasin de porcelaine, tant que cet amoureux est passionné. Mais la dureté de cœur envers une autre personne est la chose qui tue cette même personne.

Nous parlons de blesser quelqu’un parce que nous péchons contre elle. “Oui, oh j’ai péché contre Dieu. Je n’aurais pas du regardé ce programme à la télévision.” Ou, “J’ai péché contre Dieu. Je n’aurais pas du parler comme ça à mon frère.” “J’ai péché contre Dieu. Les pensées dans mon cœur ne sont pas droites.” Bon, prends ça. Dieu vient vous rendre visite et vous dites, “Non.” Vous parlez d’offense. C’est une offense!

Alors, elle vient et Le cherche. Et quelque chose de terrible arrive. Elle L’appelle, mais Il n’a pas répondu.
 
Verset 7, “Les gardes, qui font le tour de la ville, m’ont rencontrée; Ils m’ont frappée, ils m’ont blessée ils m’ont enlevé ma mantille, les gardes des murailles.”

Je veux vous dire quelque chose. Ces types agissent comme s’ils étaient supérieurs, n’est-ce pas? Si le roi avait marché à côté d’elle, ils n’auraient même pas osé la regarder dans les yeux. Ils auraient baissé la tête et tremblé. Vous voyez, mes chers amis, nous ne sommes pas n’importe qui… nous avons été lavés par le Roi, nous avons été habillés par le Roi, nous avons constamment besoin de la présence du Roi. Le diable dehors n’a pas peur des brebis. Beaucoup de TV évangélistes devraient l’apprendre. Le diable n’a pas peur des brebis. Il a peur du Berger qui se tient derrière eux. Les gardes sur les murs n’ont pas peur des petites filles. Ils ont peur des rois. Quand l’église quitte son Roi, quand son amour envers son Roi devient terne et qu’elle est ensorcelée par toutes sortes de stupides choses, parce que tout autre chose que le Roi est une chose stupide, quand elle tourne ses yeux vers autre chose que Lui, elle se met dans une position trés précaire. Les hautes montagnes de son orgueil, elles sont remplies de lions, de loups et de léopards. Les rues où elle doit marcher ne sont pas des endroits surs. Elle a besoin de la présence de son Roi.

Verset 8. “Je vous en conjure, filles de Jérusalem, si vous trouvez mon bien-aimé, que lui direz-vous? Que je suis malade d’amour.” Verset 9, “Qu’a ton bien-aimé de plus qu’un autre, O la plus belle des femmes? Qu’a ton bien-aimé de plus qu’un autre, pour que tu nous conjures ainsi?”

Je me demande si elles disent ceci. “Et bien, pourquoi devrions-nous aller le chercher? Il ne peut pas être tout ça, n’est-ce pas? Et il est venu à votre porte; vous ne pouviez même pas sortir de votre lit. Vous voulez que nous marchions dans cette ville la nuit et que nous cherchions quelqu’un qui est venu à votre porte et vous ne lui avez même pas ouvert? Évidemment, la façon dont vous agissez, il ne peut pas être tout ça.”

Je ne suis pas une de ces personnes qui disent, “Si nous vivions comme Jésus ou vivions pour Jésus, le monde entier serait converti.” Si nous avions fait ça, nous aurions été crucifiés. Le monde a haï Jésus et si nous commençons à vivre comme Lui, ils nous haïront aussi. Mais au moins ils sauront qu’il se passe quelque chose, n’est-ce pas?

Nous sortons et nous disons, “Le monde a besoin de Jésus!” Et ils disent, “Maintenant, le monde a-t-il besoin de Lui autant que d’un garage pour trois voitures ou qu’un Crossover ou du football? Le monde a-t-il besoin de Lui autant que ces choses-ci dans votre vie ou ces choses-là dans votre vie. Parce que, évidemment, il y a plein de choses dont vous avez besoin dans votre vie plus que de Jésus, alors voudriez-vous s’il vous plaît m’aider à comprendre combien le monde a besoin de Jésus. Et combien Jésus est spécial? Voudriez-vous s’il vous plaît m’expliquer ça? Je suis plutôt perplexe quand je vous regarde tous. Parce que on ne dirait pas que vous ayez vraiment besoin de Lui. On ne dirait pas qu’Il est aussi spécial pour vous. Alors pourquoi devrais-je y réfléchir? C’est un réprimande trés dure, mais ça ouvre son coeur, ça coupe son coeur, ça lui fait voir. Le reproche est une chose merveilleuse. C’est une chose merveilleuse. Parce que, tout d’un coup, elle revient à la raison. Et vraiment, c’est ce qu’est la repentance, n’est-ce pas, revenir à la raison. Revenir à la raison! Qu’est-ce qui ne va pas chez vous? Ou vous avez perdu l’esprit ou vous L’avez oublié ou vous ne L’avez jamais vu. Cela ne peut être qu’un des trois.

Maintenant, ne L’avez-vous jamais vu, pour qu’Il n’ait jamais fait vos délices? Avez-vous oublié à quel point Il est merveilleux, parce que vous avez rempli votre vie de tant d’autres choses, que cela a endurci votre cœur?

Ou avez-vous carrément perdu l’esprit? Que vous vous détourniez du Dieu vivant et de la communion avec Lui pour communier avec des choses qui sont faites de bois, de fer et de plastique.

Et elle revient à la raison et elle dit, “Mon bien-aimé est blanc et vermeil; il se signale entre dix mille. Sa tête est de l’or pur, ses boucles sont flottantes, noires comme le corbeau. Ses yeux sont comme des colombes près des courants d’eau, se baignant dans le lait.” Elle continue encore et encore et dans le verset 16 elle dit, “Son palais n’est que douceur, et toute sa personne est désirable. Tel est mon bien-aimé, tel est mon compagnon, filles de Jérusalem.” Elle devient folle. Elle devient folle! Et c’est une partie du christianisme.

Je crois que la littérature apocalyptique… Je pense que vous êtes tous familiers avec ce terme, le livre de l’Apocalypse, certaines des choses dans Ezéchiel. Apocalyptique, une roue dans une roue. Tous ces symboles effrayants et stupéfiants qui n’ont aucun sens. J’ai une théorie sur tout ça. Je crois que ces choses arrivent quand la chose suivante se passe, quand un homme est tellement englouti dans une révélation de Dieu, qu’il va si loin au-delà de sa propre compréhension et si loin au-delà de sa capacité à communiquer qu’il en arrive à un point de rupture, où il perd l’esprit. Il voit que son esprit ne peut pas comprendre. Il essaie de raconter ce que même son esprit ne connait pas. On dirait presque un fou. Notre christianisme ne devrait-il pas demeurer dans ce monde de cette façon? Nous sommes ceux qui avons vu ce que notre esprit ne peut même pas comprendre. Nous voulons parler de ce que nous ne pouvons même pas raconter. C’est ce qu’elle fait, “Ses cheveux noirs comme le corbeau. C’est de l’or.” Ce sont toutes ces choses. Tous ces termes contradictoires, la femme est au point de rupture! Elle essaie de décrire une beauté qui est si merveilleuse qu’elle a conduit une personne jusqu’au bout de la folie. Je crois qu’être au ciel… Je crois même que pour être sauvé et avoir le Saint-Esprit habitant en vous, vous devez être fortifié surnaturellement. Parce qu’autrement, la glorieuse présence même de Sa beauté vous rendrai fou.

Cela m’amène à un autre sujet. Je suis tellement malade et fatigué d’entendre des prédications réformées, propres et théologiquement correctes. Nous sommes tous occupés à mettre les points sur les “i” et les barres aux “t” et à expliquer tout avec froideur et calcul comme si Dieu était une formule mathématique.

Ecoutez-moi! La pire chose qui puisse arriver à un prédicateur c’est qu’il devienne civilisé et respectable. Il devrait y avoir un sens pour que tout homme qui proclame la parole de Dieu, devrait être comme un fou, parce qu’il parle des gloires de Dieu. Nous, notre vie, nous devrions être passionnés, nous devrions être obsédés, nous devrions être engloutis, nous devrions être sollicités, comme dit John Piper, avec Dieu.
Et ensuite que se passe-t-il? Verset 1 du chapitre 6. “Où est allé ton bien-aimé, O la plus belle des femmes? De quel côté ton bien-aimé a-t-il tourné ses pas, que nous le cherchions avec toi?” Quand l’église devient folle de Jésus Christ, cela entraine un vacarme. Quand l’église détourne ses yeux de tout ce qui ne fait pas ses délices et si les yeux de l’église se posent sur Jésus et que l’église s’enhardit et devienne folle à cause de Son amour, Je ne sais pas exactement ce qui arrivera, mais quelque chose arrivera.

Or voici une chose merveilleuse. Elle a méprisé son amour; elle l’a traité comme quelqu’un de commun. Elle a été souillée par les mains d’un autre; les autres se sont moqués d’elle. Elle l’a blessé de toutes les façons possible.

Maintenant, quel type de réaction pensez-vous qu’elle mérite? Et bien, je ne sais pas exactement quel genre de réaction elle mérite, mais je sais quel genre de réponse elle va avoir. Vous penseriez que son bien-aimé est parti… où? Et bien, pour chercher un juge pour divorcer. “J’en ai assez de toi. Je t’abandonne.” Ou peut-être qu’il est parti rassembler des arguments contre elle pour la critiquer, pour la manipuler, pour la pousser, pour lui montrer à quel point il est mécontent et dégouté d’elle, pour qu’elle commence à marcher sur le chemin étroit comme elle le devrait.
Et, elle revient. Verset 2, “Mon bien-aimé est descendu à son jardin, au parterre d’aromates, pour faire paitre son troupeau dans les jardins, et pour cueillir des lis.” Qu’a-t-il fait? Il est parti cueillir des fleurs pour que, quand sa fiancée infidèle au cœur froid reviendra, il puisse lui offrir un cadeau. Vous voyez, le diable, mes chers saints, vous mentira tellement. “Vous l’avez fait maintenant. Oui, vous l’avez fait maintenant. Je savais que ce jour viendrait tôt ou tard. Il en a eu assez de vous.” Ce que vous devez vraiment comprendre, c’est qu’Il ne peut jamais en avoir assez de vous. Un simple regard de votre part et Son cœur bat plus fort. Et quand vous avez fait tout ce que vous avez pu, venir à Lui ou fuir loin de Lui avec un cœur froid. Vous cherchez des chemins pour fuir et ensuite des façons de faire des excuses et aussitôt que vous vous éloignez, Il cherche des cadeaux à vous offrir. Or, c’est difficile à croire. Mais ensuite à nouveau, toute cette partie de l’évangile est difficile à croire.

Prions. Père, j’espère… J’espère que jamais je ne… J’aimerai ne jamais entendre ta voix ou sentir un coup sur ma tête, afin de pouvoir courir rempli de joie, en sachant que j’ai été convoqué par le Roi et j’espère que cela nous amènera à prier et à reconnaitre que la prière est plus que l’œuvre, c’est plus que l’intercession, c’est plus que la grâce grandissante. C’est se réjouir en Toi. Comme tu es merveilleux! Ouvre nos yeux, Seigneur. Dans le nom de Jésus. Amen.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

➤ Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

■ 1 - Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
■ 2 - Dans le menu déroulant, cochez Nom/URL
■ 3 - Saisissez votre prénom (ou pseudo) après l'intitulé Nom (Ne faites pas attention au mot " U R L " ! Écrivez simplement votre prénom)
■ 4 - Cliquez sur Publier commentaire

Merci à tous ♥ pour vos commentaires !