Valérie Shä Live Blog: Avortement : Et Les Pères ? Par MJ | ©Valerie Sha Live Blog


Accueil |Shabbat , 7ème jour : direct live & archives | Bibles Et Références | Livres | Non merci? | Ami-es catholiques  
Sauvé(e): puis-je perdre mon Salut? | Faire un don | Auteurs et relayeurs: comment bien faire? |


Serait-il possible que la France comprenne enfin qu’Israël n’est finalement pas “le problème” suscitant le terrorisme dans le monde?


samedi 7 février 2015

Avortement : Et Les Pères ? Par MJ | ©Valerie Sha Live Blog




Relayé [?] par ©Valérie Sha Live Blog

 
On ne résoudra pas le problème de l’avortement en continuant à être des pharisiens, et je pèse mes mots. Notez aussi que je dis « NOUS » et pas « vous ».
Dans la manière dont les chrétiens traitent la question de l’avortement, il y a, me semble t-il deux éléments fondamentaux qui sont oubliés et ainsi, ils focalisent le problème sur une fausse piste. C’est en cela que je dis que le problème de l’avortement est traité avec une vue de pharisien.

Le premier problème est l’interprétation que nous faisons des commandements de Dieu.
« Tu ne tueras pas »

Ce commandement s’adresse à chacun de nous « TU ne tueras pas ». C’est une demande de Dieu à CHACUN de nous, engageant NOTRE foi et NOTRE obéissance, NOTRE responsabilité face à Dieu.

Nous en avons fait :  « empêchons de tuer ».

Ceci pourrait être tout à fait acceptable si pour atteindre ce but nous utilisions les voies et les moyens donnés par Jésus : amour du pécheur, action du Saint Esprit. Conviction de péché et repentance, qui ne dépendent pas de notre bon vouloir mais de l’action de l’Esprit chez le pécheur. Enfin en tant que chrétiens nous devrions dans ce cas faire comme Jésus, et accompagner, soutenir, être présents pour aider. Nous ne devrions pas être des Ponce Pilate qui se lavent les mains de ce qui se passera ensuite.
Malheureusement, d’une manière très humaine, nous empêchons, non en apportant une conviction de péché ainsi que nous le demande le NT, mais manu militari, par la coercition, et le pilori, ce que Jésus n’a jamais fait.
Face à un pécheur, Jésus à toujours pointé le péché, laissant le pécheur libre d’accepter ou de refuser, et d’assumer la responsabilité de SES actes.
Une fois que nous avons mis en place des règles qui empêchent, je devrai plutôt dire cachent le péché à notre regard, alors nous nous gargarisons en disant que nous sommes « des bons chrétiens » « que nous avons bien travaillé » « que nous avons respecté les commandements de Dieu », sauf que nous n’avons rien fait de tout cela, exactement comme les pharisiens, qui adaptaient la Loi de Dieu à leur confort humain, ce qui veut dire :  

que nous lions des fardeaux pesants et les mettons sur les épaules des hommes, mais nous ne voulons pas les remuer du petit doigt.
Si nous agissions en tant que chrétiens face à l’avortement, nous serions sur place, non pas pour brandir des pancartes et des condamnations, mais pour parler avec ces femmes, pour les convaincre et pour les accompagner dans la suite.
Il est facile de dire de ne pas avorter, mais est-il aussi facile de dire, « je vais te soutenir financièrement, moralement jusqu'à ce que tu n’en aie plus besoin ». Cela ne se fait-il pas pour les drogués, les SDF, les anciens tolars, les étrangers ? Alors pourquoi cela n’existe t-il pas pour les femmes qui veulent avorter ?
Un enfant c’est 25 ans de responsabilité à assumer… et cette responsabilité nous refusons de la voir. Ensuite nous serons les premiers à condamner les mauvais traitements ou la négligence que subissent ces enfants, sans voir que nous n’avons peut être pas fait ce que nous aurions du faire pour que cette vie pour laquelle nous nous sommes battus, et qui leur a été donnée, soit digne et respectueuse de leur personne.
C’est à cause de cette déformation de notre place de chrétiens que nous pensons que la fermeture de centres IVG est une victoire. Que nous acceptons sans broncher qu’aux États Unis des médecins avorteurs soient tués parce que Dieu a dit « tu ne tueras pas ».
Mais le résultat de tout cela n’est que mensonge, et fausse bonne conscience, car l’avortement a toujours existé, mais jusqu’à récemment il était un problème de femme, caché, et traité entre femmes, qui s’avortaient elle même le samedi soir, pour que le dimanche serve à l’expulsion et que le lundi elles soient au travail (témoignages de femmes des années 60).

Aujourd’hui il est devenu un problème de SOCIÉTÉ, car il n’est plus caché, et il faut le résoudre en tant que problème de société. Le retirer de notre paysage en l’empêchant officiellement ne fera que le remettre dans l’ombre, mais il ne le résoudra pas.

C’est également cette fausse bonne conscience, vite choquée et prompte à condamner quand une jeune fille accouche seule et abandonne son enfant dans une poubelle... Mais quelle solitude il faut vivre pour en arriver à une telle solution, quel abandon moral, familial, matériel et… chrétien. Y avez vous pensé?

Le second problème concerne la place du père.


En effet l’avortement est l’arbre qui cache la forêt de la  « lâcheté ? », de « l’irresponsabilité ? » de ces personnes invisibles dont on ne parle jamais et qui pourtant y ont toute leur place.
Je vais ici parler des hommes qui sont aussi des pères.

Car certains hommes, malheureusement, sont prompts à condamner la mort d’enfants dont ils sont le père. (J’utilise le terme « certains », afin de ne pas heurter ceux qui sont des hommes en Christ, et des pères responsables. Je n’attaque pas Les hommes, je parle de certains hommes )
N’est ce pas la même hypocrisie que celle des pharisiens qui voulaient lapider uniquement la femme adultère, oubliant lâchement l’homme qui était avec elle, se réclamant de la loi pour la lapider, oubliant lâchement que la loi disait de lapider L’HOMME et la FEMME (Deutéronome 20.10)
N’est ce pas la même hypocrisie de faire de l’avortement une affaire de femmes ? voire plus, un péché de femme ?

Certains hommes sont prompts à réclamer leurs droits sur un enfant quand cela les arrange, et tout aussi radicaux à condamner quand l’enfant dérange, laissant une seule personne assumer la responsabilité de deux…

Facilité du langage face au poids de l’acte.

Ce n’est pas UNE FEMME qui avorte ce sont des PARENTS qui TUENT leur enfant, un PÈRE et une MÈRE.


Certains hommes devraient être droits et reconnaitre leur place dans le don de la vie et dans leurs responsabilités vis à vis de celle-ci.
Si les hommes veulent combattre l’avortement, ils doivent commencer par assumer leur responsabilité dans la création d’un être vivant. Cesser de faire de la conception et de l’avortement un problème de femme, pour en faire un problème personnel, de père.
Je crois que si Salomon était aujourd’hui avec nous il rendrait le jugement suivant sur la question.
Si un enfant est conçu, que la femme qui le porte l’assume. Si elle ne veut pas, que le père qui l’a conçu l’assume. S’il ne veut pas, que l’enfant soit coupé en deux et que chacun assume sa part…

Ce message est dû à des « poncifs » que j’ai trouvés dans le témoignage de Gianna Jessen.


Gianna Jessen commence son témoignage en disant « mes parents avaient 17 ans. Elle était enceinte de 6 mois ». Donc il y avait bien un couple.

Pourtant elle va faire de cet avortement une affaire de femme, dont elle exclue son père.

Dans la suite du message il n’est plus nommé une seule fois. Elle parle de sa mère, qui, elle, est venue à une de ses conférences, pas son père, ce qui indique que l’acte commis par cette femme la poursuit depuis des années.

Elle parle de l’avortement comme « un droit des femmes…. ma vie allait être supprimée au nom du droit des femmes », pourtant dès le départ elle précise SES parents.  

Pourquoi le « mes parents » est-il devenu « le droit des femmes » ?

Où est passé le père ?

J’ai eu un moment d’espoir, quand elle interpelle les hommes sur leurs responsabilités, mais celles-ci ne sont pas pointées. Comment faire prendre conscience à quelqu’un de son erreur (péché) si on ne dit pas clairement l’erreur (le péché) ?

Alors je les ai pointés clairement, afin que ce message ne serve pas simplement à ramener certaines choses dans l’ombre, en essayant de ne pas blesser ceux qui n’ont rien à voir avec ce que je dénonce, car le sujet est sensible et délicat.

Si nous voulons régler le problème de l’avortement, nous devons le voir avec les yeux de Christ. Et pour Christ l’avortement n’est pas un simple problème de « droit des femmes », ce n’est pas un simple problème de société, il est beaucoup plus complexe et pointe clairement la question à laquelle nous sommes appelés à répondre.

Quels parents sommes-nous devant l’Éternel ?

Quels chrétiens sommes-nous devant Christ ?



Note MAV:

Je voudrai rappeler que dans l’Ancien Testament, les pères étaient considérés par Dieu comme étant le plus gravement responsables. En fait, l’acte de tuer un enfant, avec l’approbation du père, met la malédiction sur toute sa famille …

db1

lev 20:

2 Tu diras aux enfants d’Israël : Si un homme des enfants d’Israël ou des étrangers qui séjournent en Israël livre à Moloc l’un de ses enfants, il sera puni de mort : le peuple du pays le lapidera. 
3 Et moi, je tournerai ma face contre cet homme, et je le retrancherai du milieu de son peuple, parce qu’il a livré de ses enfants à Moloc, souillé mon sanctuaire et profané mon saint nom. 
4 Si le peuple du pays détourne ses regards de cet homme, qui livre de ses enfants à Moloc, et s’il ne le fait pas mourir, 
5 je tournerai, moi, ma face contre cet homme et contre sa famille, et je le retrancherai du milieu de son peuple, avec tous ceux qui se prostituent comme lui en se prostituant à Moloc.

Donc pour Dieu, c’est l’homme qui porte toute la responsabilité.

Oui mais:

les femmes ont fait voter des lois qui leur donnent le droit d’avorter sans même que le père ait le droit de s’y opposer. On en a vraiment fait « une affaire de femme,  » exclusivement.

J’ai fait partie de cette génération de femmes soixante-huitardes, qui ont revendiqué le droit à « disposer de leur corps », sans que les hommes aient le moindre droit de parole.  En fait, même si cela paraissait légitime après des millénaires d’asservissement des femmes, que l’on voit toujours pratiqué dans les pays islamiques et polygames, et, alors que cela paraissait comme une libération extraordinaire des femmes, l’effet pervers, en matière d’enfant,  55 ans plus tard, est terrifiant: 

plus le moindre repère, ni pour les femmes, ni  pour les hommes en matière d’avortement (ni pour les médecins et le corps médical, et encore moins pour le législateur !).

Avant 1968, une femme qui avortait, c’était mal, c’était un meurtre, elle le savait, mais quand elle le faisait quand même, c’était souvent au péril de sa vie, avec l’aide des « faiseuses d’ange », au risque d’une septicémie (j’en ai eu une). On peut dire que c’était quasiment toujours parce que les pères fuyaient leur responsabilité et parce que la femme se retrouvait seule, face au problème, souvent dans l’incapacité à l’assumer et en paniquant pour l’avenir (comme le montre bien MJ). 

On oublie aussi qu’une grossesse pouvait être vécue comme un cataclysme, quand c’était hors mariage et que cela la mettait d’office au ban de la société, avec l’enfant ! Combien de femmes se sont-elles vu mettre à la rue par leur père ou leur mère parce qu’elles étaient enceintes et désormais considérées comme la honte et l’opprobre de la famille !

Mais nous savions aussi, justement pour ces raisons, que les pères qui ne prenaient pas leur responsabilité étaient des lâches. Ce n’était même pas des hommes au sens noble du terme; Nous savions que les « hommes bien » endossaient leur responsabilité et épousaient les femmes qu’ils avaient mises enceintes, au moins pour que l’enfant ait un nom, un père officiel, et, bon gré mal gré, ces enfants avaient une identité et souvent un foyer… Ils n’étaient jamais tué ni mis à la poubelle…

Donc je vais mettre un ajout à l’article de MJ:

nous avons, nous, femmes chrétiennes, à nous humilier d’avoir EXCLU les hommes de la paternité. La première qui a commencé, c’était Eve, après la chute. L’écriture dit:

Gen 4:1 Adam connut Eve, sa femme; elle conçut, et enfanta Caïn et elle dit : J’ai formé un homme avec l’aide de l’Éternel.

C’est elle qui prétend former l’homme, Dieu n’est plus qu’une aide dans la création de la vie, et le père, Adam, est évacué de son rôle de père….
Le cataclysme est à la hauteur de ce déni: Caïn deviendra le plus grand assassin de toute l’histoire humaine, puisqu’il a tué le quart de l’humanité à lui seul, et ses rejetons ne sont plus que des rebelles et des tueurs… La malédiction est terrible !
Ce n’est donc pas une petite malédiction à laquelle on s’expose quand on supprime aux pères leur indentité de pères et donc leur droit à sauver et protéger leur enfant. Un caltaclysme comique, aujourd’hui quasiment universel.

Notons que tous les trafics génétiques pour permettre à des femmes seules d’avoir des enfants à partir de « sperme congelé », ou à des couples homosexuels à partir de la GPA ou PMA ou autre sigle entraîne les mêmes malédictions.
La génétique serait-elle devenue une science qui bafoue tous les fondements divins ? Hélas oui, bien trop souvent !
Qu’est ce donc que ce terme utilisé pour remplacer le mot de « père »: « GÉNITEUR » ?! Comme si Dieu avait créé des « géniteurs » juste utiles à déverser un goutte de leur sperme pour leur propre plaisir en se lavant les mains des conséquences, en ne comprenant pas que c’est un liquide de vie donné par Dieu, et non un excrément sans valeur, et surtout en niant ainsi toute leur identité. Ou bien on est père, ou bien on n’a pas fait d’enfant. C’est l’un ou l’autre ! Et l’enfant existe dès la conception !
Donc le « géniteur  » d’un enfant avorté est un père qui a perdu son enfant, soit volontairement, donc il a tué et c’est un enfanticide, soit parce qu’on lui a ôté tous ses droits paternels… mais, bien souvent, il était tout à fait consentant et soulagé qu’on lui ôte ses responsabilités ! Devant les hommes, peut-être. Devant Dieu, sûrement pas !

LE TERME GÉNITEUR EST ABSENT DE LA BIBLE, ET POUR CAUSE !

Alors, ne renions jamais notre propre responsabilité, nous, les femmes ! Et la plus grande responsabilité des hommes, c’est justement que ce sont des hommes, en majorité écrasante, des parlementaires, qui en donnant à la femme le droit de « disposer de leur propre corps », ont délaissé à tout jamais leurs responsabilités d’hommes dans la procrétion, la filiation et l’extermination de leurs propres enfants …

Et nous, nous étions vraiment insensées …

Que Dieu puisse avoir pitié de nous. Car nous avons jeté à la poubelle des enfants donnés par Dieu, par centaines de millions dans les déchèteries  de notre égocentrisme ….
Chacun était unique. Ils avaient déjà leur âme et leur esprit, uniques à tout jamais, au siècle des siècles, devant Dieu. Et aucun homme n’a jamais été capable de « fabriquer » un enfant qu’il détruisait, ni dans son corps, ni dans son âme, ni dans son esprit !

TOUS UNIQUES DANS LE COEUR DE DIEU, À TOUT JAMAIS, CONNUS PAR DIEU AVANT LA FONDATION DU MONDE … et nous les avons jetés comme nous jetons les ordures ménagères..; mais sans même jeter une regard sur eux !

Quelle étrange liberté  les femmes ont-elles donc conquise: celle de mettre au feu leur propre enfant sans même qu’il ait le droit, ni à un nom, ni à un père, ni à un regard, ni à un regret, ni à une tombe… ?

Oui, chaque fois que l’on tord les lois de Dieu, les effets pervers sont épouvantables, ils le sont pour tout le monde:

- Pour le père placé sous la malédiction pour toute sa famille et parfois sur des générations.

- Pour les femmes le plus souvent traumatisées à vie, avec un sentiment de culpabilité refoulé, mais qui jaillit quasiment toujours sur les autres enfants..

- Pour les « rescapés d’avortements » ? Ces enfants accueillis dans les ménages souvent après plusieurs avortements, entre la fin du crédit automobile et du nouveau crédit ameublement, qui savent qu’ils n’existent que parce qu’ils sont arrivés au moment où ils ne dérangeaient pas trop !

- Ne parlons pas des enfants jetés à la poubelle: comme s’il ne souffraient pas !  d’innombrables vidéos nous montre l’horreur cruelle des avortements. Ne parlons pas de ceux qu’on découpe vivants dans certains pays car la loi y autorise l’avortement jusqu’à 4 mois, 6 mois, ou même 9 mois de grosse ! (Japon et Chine)

- C’est tous les pays qui ont accepté et voté ces lois infanticides qui se sont mis sous la malédiction. L’immigration sauvage ne sort pas de la poussière: elle représente en chiffre exactement le nombre d’enfants jetés à la poubelle ! les peuples que Dieu avait demandé aux Hébreux d’exterminer étaient justement ceux qui jetaient leurs propres enfants au feu (au dieu Moloc): nous en faisons autant !
DIEU N’A PAS CHANGÉ 
Des jugements terribles attendent nos nations: 9 millions en France (chiffre approximatif et certainement loin du compte) depuis la loi Veil, censée ne s’occuper que d’exceptions insupportables ….

Oui, nous avons, chaque pays,  fait plus fort et mieux que Hitler,  côté liquidation eugénique: nous avons tué nos propres enfants !

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

➤ Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

■ 1 - Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
■ 2 - Dans le menu déroulant, cochez Nom/URL
■ 3 - Saisissez votre prénom (ou pseudo) après l'intitulé Nom (Ne faites pas attention au mot " U R L " ! Écrivez simplement votre prénom)
■ 4 - Cliquez sur Publier commentaire

Merci à tous ♥ pour vos commentaires !