Valérie Shä Live Blog: La grâce et la Loi : ennemies ou amies ? par RencontrerDieu.com | ©Valerie Sha Live Blog


Accueil |Shabbat , 7ème jour : direct live & archives | Bibles Et Références | Livres | Non merci? | Ami-es catholiques  
Sauvé(e): puis-je perdre mon Salut? | Faire un don | Auteurs et relayeurs: comment bien faire? |


Serait-il possible que la France comprenne enfin qu’Israël n’est finalement pas “le problème” suscitant le terrorisme dans le monde?


samedi 8 août 2015

La grâce et la Loi : ennemies ou amies ? par RencontrerDieu.com | ©Valerie Sha Live Blog


Source:   http://www.rencontrerdieu.com/project/la-grace-et-la-loi-ennemies-ou-amies-la-fausse-doctrine-de-labolition-de-la-loi-devoilee/
Vidéo source:   https://youtu.be/FaGrNx_1JtU


Relayé [?] par ©Valérie Sha Live Blog


QUI


?

Cette vidéo et cet article sont d’une rare importance et viennent s’ajouter à ce dossier spécial sur la fausse doctrine de l’abolition de la loi. Ici, nous approfondirons les liens étroits qu’il y a entre la grâce, la loi et la foi biblique et de nombreux arguments bibliques démontrant la supercherie et le danger de la doctrine de l’abolition de la loi.

« Éloigne de moi la voie du mensonge, Et accorde-moi la grâce de suivre ta loi ! » (Psaumes 119:29)

« N’aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actions et avec vérité. » 
(1 Jean 3.18)


 Une des pires attaques du diable au sein des assemblées de croyants de la « planète christianisme », est d’avoir fait croire à nombre de chrétiens que la grâce accordée par Dieu nous dispenserait de la loi… Ainsi, beaucoup d’enfants de Dieu sont bloqués malgré eux dans leur croissance spirituelle et dans la sanctification et, après avoir bien commencé, ils finissent par grandir dans l’orgueil spirituel et l’apostasie, aveuglé et croyant même parfois bien faire mais en étant vérité loin de toute véritable sanctification biblique, ce qui est dramatique. 
De ce fait, beaucoup sont ignorants des grands trésors de la loi de Dieu, passent à côté d’immenses bénédictions, ne connaissent pas leur héritage ni leur identité en Yéshoua (Jésus). De plus, les dispensateurs de cette fausse doctrine de l’abolition de la loi de Dieu contribuent parfois malgré eux à propager toutes sortes de calomnies au sujet du Messie Yéshoua, marchant ainsi dans ce chemin spacieux que Yéshoua (Jésus) nous invite à ne surtout pas prendre.

Effectivement et c’est loin d’être anodin : affirmer que Yéshoua aurait permis et enseigné à ses disciples d’abolir et de rendre caduc le plus petit commandement de la loi de son Père contribue à jeter le discrédit, l’opprobre et le mensonge sur la personne même du Messie.

Un des points difficiles abordé par Paul tout au long de plusieurs de ses épîtres, réside dans cette relation étroite qu’il y a entre la Loi de Dieu et la grâce de Dieu dans le plan de rédemption de l’Éternel accompli en Yéshoua. Dans le monde chrétien, plusieurs se sont heurtés aux lettres de Paul qui sont devenues comme une pierre d’achoppement pour beaucoup. En déformant certains propos de Paul en vue de déclarer l’abolition des commandements de Dieu, un grand nombre de chrétiens y ont malheureusement vu une occasion de chute. Une telle doctrine n’a en réalité que pour seul but de satisfaire la chair et de laisser baigner les chrétiens dans l’ignorance et le péché en développant une des choses les plus terribles : l’orgueil spirituel.

Une telle chose a été largement facilitée par la séparation des chrétiens d’avec leurs racines juives, séparation opérée depuis les premiers siècles de notre ère, notamment depuis l’émergence du catholicisme et du violent antisémitisme qui l’a accompagné. Dès lors, une grande partie du monde chrétien n’était plus greffé sur l’olivier franc mais sur un arbre étranger : celui du paganisme et des traditions d’hommes. Cette parole de l’Écriture est aujourd’hui encore tristement vraie pour une partie du monde chrétien :

« Ils servaient en même temps leurs dieux, à la manière des nations d’où on les avait transportés. Et ils suivent jusqu’à ce jour leurs premières coutumes; ils ne craignent pas l’Éternel; ils ne font ni selon leurs ordonnances et leurs coutumes, ni selon la loi et le commandement que l’Éternel Dieu donna aux enfants de Jacob, qu’il avait nommé Israël. » (2 Rois 17.33-34)

En déclarant vétuste et dépassé les 3/4 de la Bible de Genèse à Malachie, en abolissant la Loi de Moïse (Torah) de Genèse à Deutéronome (socle de la Saine Doctrine), en se séparant du peuple à qui « les oracles de Dieu ont été confiés » (Rom 3.2) et en se privant de l’immense héritage de la sagesse d’Israël laissé par ses grands sages, le monde chrétien a sombré dans l’ignorance et l’apostasie prophétisée par Paul et ainsi, l’orgueil a automatiquement imprégnée le cœur de plusieurs. Beaucoup n’ont que peu de connaissance de leur héritage, de la loi parfaite de Dieu et de ses immenses richesses, c’est pour cela que l’Église ne s’est pas rappelée du conseil de Paul : « ne te glorifie pas au dépens de ces branches » (Rom 11.18). Comme le dit la sagesse juive dans l’ouvrage « la voie des justes de Ramhal » :

« La cause la plus destructrice de l’humilité réside dans l’ignorance de la véritable connaissance. Si tu examines bien, tu verras que l’orgueil se trouve généralement chez les sots, comme disent nos maîtres : « Un signe de vanité c’est bien le peu de connaissance de la Torah (Saine Doctrine, T.B Sanedrin 24a) » et ailleurs : Une simple pièce dans une bouteille fait beaucoup de bruit. L’ignorant ne peut être pieux affirment les sages d’Israël. Si Dieu a créé le penchant au mal, il a aussi créé la Torah comme antidote. Et nos maîtres d’écrire : « J’ai créé le penchant au mal dit Dieu et j’ai créé la Torah comme remède infaillible. Il est donc évident que si le Créateur n’a créé qu’un seul remède à cette maladie, l’homme ne saurait être guéri que par lui. Et celui qui pense y échapper se trompe et reconnaîtra son erreur lorsqu’il mourra avec sa faute. »

C’est pour cela que le Messie Yéshoua lui-même est l’antidote parfait car il est la Torah incarnée faite chair. Mais n’oublions jamais que ce n’est pas en vain que le Sauveur enseigne régulièrement à ses disciples d’observer la loi de Dieu : si Yéshoua est effectivement Le sauveur glorieux suscité par Dieu à l’image du serpent d’airain élevé par Moïse dans le désert, sauvant de la morsure du péché quiconque croit en Lui, n’oublions JAMAIS la suite de l’histoire des enfants d’Israël : après avoir été sauvé, tous ceux qui continuèrent à négliger la Torah de Dieu périrent ensuite dans le désert, bien qu’ils furent guéri en ayant regardé vers le serpent d’airain : le pardon et la guérison obtenus ne furent d’aucune utilité pour plusieurs car un grand nombre retombèrent dans le désert et 24 000 périrent en un jour à l’occasion de l’épisode de Baal-Péor. Ils périrent après avoir été sauvé car leur foi ne fut pas véritable et sincère : ils n’ont point observé les commandements de Dieu et s’en sont détournés après avoir été sauvés. Il en est de même pour une grande partie du monde chrétien et c’est pour cela qu’il est urgent de se réveiller.

Cette façon de faire et cet abandon de la Torah de Dieu a inévitablement développé un orgueil démesuré au sein d’Israël église orgueil « l’Église » qui n’a pas su prendre en compte l’avertissement de Paul de garder une attitude d’humilité et de respect envers Israël afin de ne pas se glorifier au dépens de ses branches.

« Elle avait de l’orgueil, elle vivait dans l’abondance et dans une insouciante sécurité. Elles sont devenues hautaines, et elles ont commis des abominations devant moi. »

Paul, pressentant cette malfaisance a fait preuve de clarté en de nombreux endroits, montrant l’importance d’observer la Loi de Dieu. Une des citations connues parmi tant d’autres est celle-ci :

« Anéantissons-nous donc la loi par la foi ? Loin de là ! Au contraire, nous confirmons la loi. »

Une rapide analyse des mots grecs de cette phrase permet de comprendre plus profondément la pensée de Paul. L’expression « anéantissons-nous » est traduit par le mot grec « Katargeo », qui, d’après le lexique Grec du théologien Strong, signifie dans ses sens premiers : « Rendre vain, inactif, faire cesser, abolir ».

L’expression « nous confirmons » est traduit par le mot grec « Histemi » qui, selon le lexique du théologien Strong, signifie dans ses sens premiers : « faire tenir en place, rendre ferme, établir, garder intact, maintenir, soutenir l’autorité ou la force d’une chose ».

Ainsi, les choses ne peuvent être plus claires. Paul dit donc clairement dans une traduction développée fidèle au Grec :

« Pensez-vous que nous abolissons ou rendons caduque la Loi et ses commandements ? Absolument pas, au contraire : loin de rendre vaine et inactive la loi, nous la gardons intacte, nous la maintenons et ne transformons rien. Nous désirons vous faire comprendre que par la foi, nous n’abolissons pas un seul iota ni un seul commandement de la Loi de Dieu donnée à Moïse mais qu’au contraire, nous en soutenons l’autorité, nous la faisons tenir en place, nous la proclamons ferme et intacte. La loi n’est pas abolie et tous les commandements sont maintenus et gardés intacts et observés dans la foi. »

Rappelez-vous que la définition biblique du péché, selon 1 Jean 3.4, c’est « la transgression de la loi de Dieu ». Avec cela en tête, ce n’est pas sans raison que Paul dira en Romains 6.15 : « Quoi donc ! Pécherions-nous, parce que nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce ? Loin de là ! » (Romains 6:15). Ici encore, Paul est d’une grande clarté, c’est comme s’il disait : 
« Transgressions-nous la Loi de Dieu et ses commandements donnés à Moïse ? Loin de là ! ». Ce n’est pas sans raison que le même Paul dira : « L’observation des commandements de Dieu est tout » (1 Corinthiens 7.19).

Cette petite introduction apporte une preuve évidente que l’expression « ne plus être sous la loi » ne signifie absolument pas « ne plus observer la Loi de Dieu ou être libéré de l’observation des commandements de Dieu et de l’obéissance à ses lois ». Une telle interprétation est en réalité une pure hérésie antichrist.

Effectivement, avant de venir à la foi par la connaissance du Messie, nous étions sous la condamnation de la loi, nous étions transgresseurs et aucun ne l’observait. Comment pourrions-nous être libérés de quelque chose que l’on n’a jamais observé ? Mais, par la repentance et la foi dans le Messie, nous sommes désormais graciés de nos fautes passées, nous ne sommes donc plus sous la condamnation de la loi ou, plus simplement, comme le dit Paul : nous ne sommes plus sous la loi. C’est tout simplement ce que signifie l’expression ne plus être sous la loi. Nous pouvons ainsi produire des fruits dignes de la repentance et commencer à observer la Loi de Dieu avec l’aide de l’Esprit Saint.

Pourtant, nombreux sont ceux qui brandissent ces propos comme pour se dédouaner de l’obéissance aux lois de Dieu : « Nous ne sommes plus sous la loi », « Christ est la fin de la Loi », « nous sommes libérés du joug de la loi », « Vous êtes déchus de la grâce et maudis si vous observez la Loi », etc.

Mes amis, si vous entendez ce genre de discours et/ou si vous y adhérez, alors cette courte vidéo et ce dossier spécial sont faits pour vous : Il s’agit ici d’une des plus terribles fausses doctrines multi-millénaires : la fausse doctrine de l’abolition de la Loi de Dieu. Cette doctrine est aujourd’hui encore très persistante et bien implantée dans le cœur de beaucoup de croyants bien que, grâce à Dieu, de plus en plus de chrétiens ayant l’amour de la vérité se réveillent à ce sujet.

En général, chez les adhérents de cette doctrine, vous entendrez parler beaucoup de l’amour de Dieu, de Jésus, de ce qu’il a fait sur la croix, de la grâce etc. Ce sont des choses vraies et bonnes, mais jamais vous ne les entendrez prêcher et insister sur des versets essentiels montrant l’importance de se repentir régulièrement, d’obéir à Dieu, d’observer, d’étudier et de suivre sa loi (Torah, Saine Doctrine) après avoir été sauvé : comme nous l’avons déjà dit, cela a pour effet direct de bloquer toute sanctification et de laisser les croyants dans une fausse sécurité, une fausse confiance qui tôt ou tard se retournera contre eux en les accablant de maux en tout genre et en les privant de bien des bénédictions et le pire : A cause de ces faux enseignements dispensés dès leur début de vie chrétienne, il leur sera très difficile de discerner que nombreux sont les maux qui viennent du simple fait qu’eux aussi, à l’instar d’Israël, ont abandonné une fois encore les commandements de Dieu comme il est écrit dans le le livre de la Vérité:

« Voici, je fais venir sur ce peuple le malheur, Fruit de ses pensées; Car ils n’ont point été attentifs à mes paroles, Ils ont méprisé ma loi. » (Jérémie 6:19) et aussi : 

« Ainsi leur racine sera comme de la pourriture, Et leur fleur se dissipera comme de la poussière; Car ils ont dédaigné la loi de l’Éternel des armées, Et ils ont méprisé la parole du Saint d’Israël. » (Ésaïe 5.24)


Combien de maux, de dépressions, de troubles psychologiques en tout genre, de maladies et même de morts au sein des églises bâtiments de la planète christianisme ? Bien trop, quelle tristesse ! Ces choses sont déguisées sous des apparences de piété, plusieurs font comme si tout allait bien mais en vérité, quantité de souffrances existent réellement et c’est indéniable : une des causes principales de cet état de fait trouve son origine dans cet abandon des lois parfaites de Dieu au profit de commandement d’homme, de faux enseignements qui ne résistent pourtant pas à l’analyse selon les Écritures, ce qui donne au diable des droits pour nuire et polluer la vie de millions de chrétiens. Beaucoup de chrétiens mettrons ces maux sous le compte des attaques de l’ennemi, du diable et c’est vrai mais la cause véritable et profonde se trouve dans l’abandon des lois de Dieu ! Quand Paul dit de se soumettre à Dieu afin que le diable fuie, il dit quoi? Paul dit tout simplement d’obéir à Dieu et donc d’observer ses lois, de les étudier et de les mettre en pratiques ! Sans cela, ce qui est arrivé au peuple de Dieu arrive encore aujourd’hui :

« Ephraïm est opprimé, brisé par le jugement, Car il a suivi les préceptes qui lui plaisaient. » (Osée 5.11)

Note importante au sujet d’Ephraïm : plusieurs études sérieuses montrent que L’Église (L’Assemblée des croyants nés de nouveau), cette Église principalement non-Juive qui vient des nations et qui suit Le Dieu d’Israël par Yéshoua (Jésus), fait partie d’Israël, elle est potentiellement Ephraïm selon qu’il est dit dans une de ces études :

Genèse 48.19 : « …(Ephraïm) sera plus grand que lui (Manassé), et sa postérité formera MELO HAGOYIM. » MELO HAGOYIM signifie littéralement « LA TOTALITÉ DES NATIONS »

Romains 11.25-26 : …une partie d’Israël est tombée dans l’endurcissement, jusqu’à ce que LA TOTALITÉ DES NATIONS (MELO HAGOYIM) SOIT ENTRÉE. Et ainsi TOUT ISRAËL sera sauvé.


De plus, bibliquement, Ephraïm est aussi représenté par les prophètes comme étant le royaume nord d’Israël et regroupant les 10 tribus associées, ces mêmes 10 tribus qui ont été largement dispersées/assimilées parmi les nations et parmi lesquelles beaucoup de personnes sont revenues au Dieu d’Israël par la foi en Yéshoua –> Il s’agit là encore potentiellement d’Ephraïm.


Enfin, il est aussi intéressant de remarquer que le mot Ephraïm signifie aussi : « doublement fécond », chose qu’a parfaitement accompli Yéshoua selon qu’il est aussi dit : « Car c’est lui qui est notre paix, lui qui des deux peuples n’en a fait qu’un, en abattant le mur de séparation; » (Éphésiens 2.14)

Donc oui : quand on considère que beaucoup de ceux des nations venus à la foi en Yéshoua font parti potentiellement d’Ephraïm grâce au Messie, quand on considère que c’est même ici un travail important du Messie réalisé ces 2 derniers millénaires consistant à amener plusieurs des nations à rejoindre Israël par la foi en Yéshoua (une partie des juifs l’ayant temporairement rejeté) alors, lorsque les prophètes parlent d’Ephraïm, les messages bibliques deviennent toujours plus clairs ! Effectivement, aujourd’hui, nous pouvons comprendre qu’une partie de l’Église semble effectivement vivre ce verset : « Ephraïm est opprimé, brisé par le jugement, Car il a suivi les préceptes qui lui plaisaient. » (Osée 5.11)

En vérité, pour grandir dans les voies du Dieu d’Israël et du Messie Yéshoua notre sauveur, nous devons constamment regarder la Loi de Dieu, l’observer avec grâce et Vérité par la foi et l’amour et ainsi corriger par l’Esprit Saint ce que Dieu met en lumière dans nos vies de ne pas conforme à sa Parole et ceci, afin de marcher dans la sanctification et ne plus marcher dans le péché selon qu’il est dit:

« Je n’ai connu le péché que par la loi. » (Rom 7.7)

« Maintenant, Israël, que demande de toi l’Éternel, ton Dieu, si ce n’est que tu craignes l’Éternel, ton Dieu, afin de marcher dans toutes ses voies, d’aimer et de servir l’Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur et de toute ton âme; si ce n’est que tu observes les commandements de l’Éternel et ses lois que je te prescris aujourd’hui, afin que tu sois heureux ? » (Deutéronome 10.12-13)

Pensez- à ceci : Lorsque la loi nous fait connaitre un péché particulier dans nos vies, c’est une grâce pour le croyant ! Grâce à cela, par la foi et l’Esprit Saint, nous avons la possibilité de nous repentir et de cesser de commettre ce péché, quel qu’il soit et ainsi nous grandissons dans la sanctification et croyez le : la Loi parfaite de Dieu touche tous les domaines de notre vie, absolument tous ! C’est l’observation des préceptes et des ordonnances de Dieu qui nous permet de vivre une réelle sanctification de notre corps, de notre âme et de notre esprit.

« Que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Yeshoua le Messie » (1 thessaloniciens 5.23)

Parmi les victimes de cette fausse doctrine de l’abolition de la loi de Dieu, bien des versets sont volontairement mis à l’écart et tellement peu mentionnés. Regardons-en quelques uns.


Par exemple, en 1 Corinthiens 7:19, Paul insistera sur l’importance d’observer la Loi : « L’observation des commandements de Dieu est tout. ». Oui mes amis, c’est bien Paul qui parle !

paracha loi josué saine doctrine modif

Jean, sera lui aussi d’une grande clarté concernant l’obéissance aux lois et aux commandements de Dieu : « Nous connaissons que nous aimons les enfants de Dieu, lorsque nous aimons Dieu, et que nous pratiquons ses commandements. » et aussi : « Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. » (1 jean 5.2-3)

« C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus.» (Apocalypse 14:12)

Le Maître des maîtres est lui même absolument clair : « Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. » (Matthieu 19 : 17)

Et que dire de ces versets connus et limpides sortis de la bouche même du Messie : « Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. » (Matthieu 5.19-20)


Abraham, le père de la foi, est cité régulièrement par les tenants de la doctrine de l’abolition de la loi : 
« Car que dit l’Écriture ? Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice (…) à celui qui ne fait point d’œuvre, mais qui croit en celui qui justifie l’impie, sa foi lui est imputée à justice. » (Romains 4.3-5). 

L’exemple de la foi d’Abraham nous montre avec clarté que nul n’est justifié devant Dieu par les œuvres de la Loi. Mais la Torah nous montre une chose jamais citée par les tenants de la doctrine de l’abolition de la loi : après avoir été justifiés par la foi, quels sont les fruits authentiques de la foi d’Abraham ? En quoi consiste concrètement sa foi, quels en sont les fruits clairs, nets et visibles ? La Torah répond et nous montre la voie à suivre. Au travers d’Abraham, Dieu nous enseigne précisément en quoi consistait la foi authentique biblique et les fruits qui doivent l’accompagner :

« Toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité, PARCE QU’ABRAHAM A OBÉI A MA VOIX, ET QU’IL A OBSERVE MES ORDRES, MES COMMANDEMENTS, MES STATUTS ET MES LOIS. » (Genèse 26.4-5)

Ce qui rejoint parfaitement la conclusion du livre d’un des plus grands sages que la terre n’ait jamais porté, Salomon : « Écoutons la fin du discours : Crains Dieu et observe ses commandements. C’est là ce que doit faire tout homme. » (Ecclésiaste 12:13).

Tout est fluide et s’harmonise parfaitement de Genèse à Apocalypse !

Jean explique ce qu’est la définition biblique du péché : « Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi. » (1 Jean 3:4). Ainsi donc, pour tous ceux qui pensent que Paul a enseigné à ne pas observer la Loi de Dieu, qu’il l’abolissait, la méprisait, la négligeait ou qu’il pensait que la loi était désuète, obsolète et caduque, voici encore un passage de l’Écriture répondant directement à cette fausse accusation, passage dans lequel nous voyons les disciples s’adresser à Paul :

« Tu vois, frère, combien il y a de milliers de Juifs qui ont cru; et ils sont tous zélés pour la loi. Or ILS ONT OUÏ DIRE DE TOI, que tu enseignes à tous les Juifs qui sont parmi les nations à renoncer (APOSTASIA) à Moïse, disant qu’ils ne doivent pas circoncire leurs enfants, ni vivre selon les coutumes. Qu’est-ce donc ? Il faut absolument que la multitude s’assemble, car ils entendront dire que tu es arrivé. Fais donc ce que nous te disons: Nous avons quatre hommes qui ont fait un vœu; prends-les et purifie-toi avec eux, et paye leur dépense, afin qu’ils se rasent la tête, et TOUS SAURONT QUE RIEN N’EST VRAI DES CHOSES QU’ILS ONT OUÏES DIRE DE TOI, MAIS QUE TOI AUSSI, TU MARCHES EN GARDANT LA LOI. » (Actes 21.24)

Ici, ce passage est encore d’une grande clarté : A cause de rumeurs et/ou de mauvaises interprétations de la profondeur des enseignements de Paul au sujet de la Loi et de la Grâce, les disciples recommandent à Paul de faire un acte précis aux yeux de tous : ils conseillent à Paul de se joindre à 4 hommes qui ont fait un vœu à l’Éternel, puis d’observer ce que prescrit la Loi parfaite de Dieu au sujet des vœux. Effectivement, la loi de Dieu ordonne des choses précises pour ceux qui font des vœux à Dieu. Une fois arrivé au terme de la période de naziréat, celui qui a fait un vœu doit accomplir des actes précis comme décrit en nombres 6.

Paul va donc volontairement se joindre à ces hommes qui ont fait un vœu dans un but précis : AFIN de montrer à tous que JAMAIS il n’enseigne « de renoncer (APOSTASIA) à Moïse ». Ainsi, TOUS SAURONT QUE RIEN N’EST VRAI DES CHOSES QU’ILS ONT OUÏES DIRE DE PAUL, MAIS QUE PAUL AUSSI, MARCHE EN GARDANT LA LOI. (Actes 21.24).


Notez le mot Grec utilisé pour décrire le fait de renoncer à la Loi, de renoncer à observer les lois de Dieu données à Moîse : APOSTASIA. C’est le même mot qui sera utilisé par Paul pour décrire le mal dont seront imprégnées les assemblées de croyants à la fin des temps : « Pour ce qui concerne l’avènement de notre Seigneur le Messie Yéshoua et notre réunion avec lui (…) il faut que l’apostasie (APOSTASIA) soit arrivée auparavant » (2 thessaloniciens 2.3)

Mes amis, l’Écriture nous révèle une profonde vérité cachée par beaucoup : Paul nous a avertis qu’un des signes forts de cette « apostasie » consistera à renoncer à la loi de Moïse et à enseigner à renoncer à la loi de Moïse, ce qui est purement antichrist dans la mesure ou Yéshoua lui même dit précisément l’inverse en Matthieu 5.19 : « Celui qui observera la Loi de Moïse et qui enseignera à l’observer sera appelé grand dans le royaume des cieux »

Nous avons ici une forte indication indiquant en quoi consistera cette apostasie : Abandonner, une fois de plus, les commandements de Dieu, comme ce fut malheureusement si souvent le cas avec le peuple d’Israël : Les choses se répètent et l’homme n’apprend pas de ses erreurs. L’abandon des commandements et des lois de Dieu ouvre la porte à toutes les hérésies et à toutes les folies : évangile de l’hyper grâce, de prospérité, de l’estime de soi, sorcellerie, New age, esprit du monde dans les églises, mariage homosexuel, impudicité, œcuménisme, etc. C’est précisément ce que l’on voit aujourd’hui !

Ainsi, beaucoup pensent que la grâce de Dieu les dispense d’observer la Loi de l’Éternel et qu’il suffit de croire pour être sauvé ! C’est vrai dans de rares cas mais c’est faux dans majorité des autres cas, tout dépend de la situation dans laquelle nous sommes. Le brigand sur la croix aux côté de Jésus, n’avait qu’à croire pour être sauvé. Cependant, il avait tout de même à se repentir, à confesser de sa bouche et de tout son cœur que Yéshoua est Seigneur puis le prier : chose qu’il a faite : il a été sauvé comme témoigne l’Écriture. Le brigand ne pouvait pas faire grand chose d’autre : il a donc été jugé sur ce qui était à sa portée et selon la lumière qu’il avait reçue. De plus, Dieu qui sonde les cœurs, savait certainement que cet homme, s’il avait eu la possibilité de vivre, aurait obéit à la Parole de Dieu.

Mais pour nous autres vivants, en bonne santé et ayant la possibilité d’étudier et de pratiquer la parole de Dieu, il est en tout autrement ! Oh, comme beaucoup se plaisent à citer le célèbre verset de Paul lorsqu’il dit que l’Homme est justifié par la foi sans les œuvres de la Loi ! Mais en vérité, de la même manière que dans l’explication donnée plus haut au sujet de la foi d’Abraham, Paul parle ici de la justification et non pas de la sanctification car : qu’en est-il du contenu de cette foi et de la façon de vivre cette foi d’une manière conforme à la volonté de Dieu ?

Jacques nous enseigne à ce sujet : « La foi sans les œuvres est morte et inutile » (Jacques 2.20,26) et encore : « Vous voyez que l’homme est justifié par les œuvres, et non par la foi seulement. » (Jacques 2:24).

Paul lui même rejoindra Jacques : « Ce ne sont pas, en effet, ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés. » (Romains 2.13)

De quelles œuvres Paul et Jacques parlent-ils ici ? Ils parlent d’œuvres de piété agréables à l’Éternel exactement du même type que celle du Roi Josias dont l’Écriture témoigne qu’il fut agréable à l’Éternel :

« Josias avait huit ans lorsqu’il devint roi, et il régna trente et un ans à Jérusalem. Il fit ce qui est droit aux yeux de l’Éternel, et il marcha dans les voies de David, son père; il ne s’en détourna ni à droite ni à gauche (…) Le reste des actions de Josias, et SES ŒUVRES DE PIÉTÉ, TELLES QUE LES PRESCRIT LA LOI DE L’ÉTERNEL, ses premières et ses dernières actions, cela est écrit dans le livre des rois d’Israël et de Juda. (2 Chroniques 34 et 35)

Le Messie s’est offert en sacrifice parfait pour les péchés du monde afin de nous offrir le pardon des péché par la foi sans les œuvres pour qu’ensuite nous démontrions la réalité de cette foi par les œuvres : « Il s’est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et ZÉLÉ POUR LES BONNES ŒUVRES. » (Tite 2.14). C’est aussi pour cela que Paul prenait soin des docteurs de la Loi comme Zénas afin que les disciples observent correctement la Loi de Dieu : « Aie soin de pourvoir au voyage de Zénas, le docteur de la loi (…) Il faut que les nôtres aussi apprennent à pratiquer de bonnes œuvres afin qu’ils ne soient pas sans produire des fruits. » (Tite 3.13-14)

On comprend maintenant toujours plus précisément de quels fruits parle Jean le Baptiste : « Tout arbre donc qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu. » (Matthieu 3:10) : des œuvres conformes à la Torah de Dieu.

Voilà pourquoi Jacques insiste sur l’importance de pratiquer et d’observer la Loi de Dieu :

« Celui qui aura plongé les regards dans LA LOI PARFAITE, LA LOI DE LA LIBERTÉ, et qui aura persévéré, n’étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l’œuvre, celui-là sera heureux dans son activité. » (Jacques 1.25.)

Pour ceux qui auraient des doutes, Jacques parle ici de la Loi de Dieu donnée à Moïse. Effectivement, Jacques, comme tout bon disciple, était imprégné des Saintes Écritures et il utilise ici des termes connus tirés des Psaumes et de la Loi (Torah) afin de décrire la Loi de Moïse comme étant ce qu’elle est effectivement : une loi parfaite, de liberté et qui rend heureux celui qui l’observe de tout son cœur:

« La loi de l’Éternel est parfaite » (Psaumes 19.8)

« Je pourrai vivre dans la vraie liberté, car j’ai à cœur de suivre tes préceptes. » (Psaumes 119.45)

« Louez l’Éternel ! Heureux l’homme qui craint l’Éternel, Qui trouve un grand Plaisir à ses commandements. » (Psaumes 112:1)

« Observe ses lois et ses commandements que je te prescris aujourd’hui, afin que tu sois heureux » (Deutéronome 4.40).


Oui, la vraie liberté acquise par la foi en Yéshoua consiste à être libre d’observer la Loi parfaite de Dieu et d’être délivré de la loi du péché. C’est en vérité la loi du péché qui nous pousse à transgresser les lois parfaites de Dieu selon qu’il est dit:

« Je trouve donc en moi cette loi : quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. CAR JE PRENDS PLAISIR A LA LOI DE DIEU, selon l’homme intérieur; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. » (Romains 7.21-23)

Notez bien ce que dit Paul au verset 25 : « Je suis par l’entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché. »

Sachant que le péché = « la transgression de la loi » selon 1 Jean 3.4, Paul fait ici une remarquable distinction : la chair conduit à transgresser la Loi de Dieu contrairement à l’entendement, ou l’esprit, l’intelligence, qui conduit à aimer la Loi de Dieu.

C’est ainsi que, pris dans cette lutte entre les désirs de la chair et de l’Esprit, Paul déclare au début du verset 25 : « Grâces soient rendues à Dieu par le Messie Yéshoua notre Seigneur ! ».

Paul continue : « En effet, la loi de l’esprit de vie en Yeshoua m’a affranchi de la loi du péché et de la mort (…) Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s’affectionnent aux choses de la chair (au péché, à la transgression de la Loi), tandis que ceux qui vivent selon l’esprit s’affectionnent aux choses de l’esprit (obéissance à Dieu, observation de la Loi) (…) La chair est inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu (…) Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. »

Vivre selon l’Esprit c’est pouvoir enfin librement suivre les lois parfaites et bienfaisantes de Dieu sans condamnation car nous avons foi dans l’œuvre du Messie qui ôte le péché ! Nous pouvons obéir à Dieu sans être esclave du péché, c’est à dire de la transgression de la Torah. C’est tout l’enseignement de Paul et de Jacques : être désormais esclave de la justice et de la vérité et non du péché et de la mort. La vraie foi conduit inévitablement à observer les commandements de Dieu, à vouloir les découvrir, les connaitre, les étudier et les pratiquer ! Sinon, il y a un problème.

« Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. » (Romains 8.14).

Paul mettait en pratique son enseignement et observait la loi de Dieu de tout son cœur en faisant effectivement mourir les actions du corps qui le poussaient à transgresser la Loi de Dieu :

« Mais je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d’être moi-même rejeté, après avoir prêché aux autres. » (1 Corinthiens 9:27)

Job observait la loi de Dieu de la même manière que Paul et nous retrouvons une fois encore cette parfaite harmonie avec l’enseignement de Paul compris dans la pensée juive : « Je n’ai pas abandonné les commandements de ses lèvres; J’ai fait plier ma volonté aux paroles de sa bouche. » (Job 23.12)

Et que dit Dieu lui même de Job ? Voici la réponse :

« As-tu remarqué mon serviteur Job ? Il n’y a personne comme lui sur la terre; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal. Il demeure ferme dans son intégrité » (Job 1.8 ; 2.3)

Le véritable amour pour son Créateur se démontre par l’observation de Sa Parole.

Évidemment, il va de soi qu’observer les lois de Dieu ne consiste pas seulement dans les lois d’apparences extérieures. Comme le dit l’Évangile en conformité avec une grande partie du judaïsme actuel : le cœur de la loi consiste dans la mise en pratique des qualités du cœur conforme à la Torah : patience, bonté, fidélité, miséricorde, douceur, compassion, tempérance etc, avec l’intention d’être agréable à Dieu et de lui plaire comme un fils veut réjouir son père. En un mot comme en cent : « Si vous accomplissez la loi royale, selon l’Écriture : Tu aimeras ton prochain comme toi-même, vous faites bien. » (Jacques 2.8). Ici, une fois encore, notez bien que Jacques ne fait que citer la loi de Moïse : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l’Éternel. » (Lévitique 19.18)

Une personne qui observerait par exemple les lois alimentaires et le Shabbat mais qui se livrerait régulièrement à la colère, à la méchanceté et à l’indifférence avec son prochain ou à l’orgueil et à l’hypocrisie, une telle personne rendrait à son égard nul les desseins de Dieu selon que Jacques le déclare : « Vous commettez un péché, vous êtes condamnés par la loi comme des transgresseurs. » (Jacques 2.9).

Ainsi, l’observance des lois alimentaires ou du Shabbat avec un mauvais cœur irriterait plutôt Dieu qu’autre chose selon qu’il est dit : « Cessez d’apporter de vaines offrandes : J’ai en horreur l’encens, Les nouvelles lunes, les sabbats et les assemblées; Je ne puis voir le crime s’associer aux solennités. » (Esaïe 1.13) et encore : « Quand vous étendez vos mains, je détourne de vous mes yeux; Quand vous multipliez les prières, je n’écoute pas: » (Esaïe 1.15)

De la même manière, une personne manifestant certains fruits de l’Esprit mais qui abolirait sciemment et malgré avertissements certains commandements de Dieu (comme le Shabbat, les lois alimentaires et les fêtes de l’Éternel par exemple), une telle personne ne ferait que révéler l’incohérence et l’hypocrisie de sa foi en Dieu ou tout simplement son orgueil, son ignorance et son manque de connaissance à ce sujet ainsi qu’il est dit :

« Pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ? (…) Hypocrites, Esaïe a bien prophétisé sur vous, quand il a dit : Ce peuple m’honore des lèvres, Mais son cœur est éloigné de moi. C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. » (Matthieu 15.3,9)

Et encore : « Vous laissez ce qui est plus important dans la loi, la justice, la miséricorde et la fidélité : c’est là ce qu’il fallait pratiquer, SANS NÉGLIGER LES AUTRES CHOSES (autres commandements de la loi) » (Matthieu 23.23)

Évidemment, ne perdons jamais de vu que Dieu est patient et bon avec ceux qui veulent lui être agréable et observer ses commandements. Dieu saura nous apprendre, chacun à notre rythme selon notre mesure de foi. Mais n’est-ce pas faire preuve d’un certain mépris des paroles de l’Éternel que d’abolir des versets entiers voire des pages entières de la Bible ? Le Dieu des cieux lui-même donne son avis à ce sujet et quiconque le craint réellement devrait méditer les paroles pleines de Vérités du Très-Haut :

« Ils ont dédaigné la loi de l’Éternel des armées, Et ils ont méprisé la parole du Saint d’Israël. » Esaïe 5.24

« C’est un peuple rebelle, Ce sont des enfants menteurs, Des enfants qui ne veulent point écouter la loi de l’Éternel, » (Esaïe 30:9)

« Zacharie, fils du sacrificateur Jehojada, fut revêtu de l’esprit de Dieu; il se présenta devant le peuple et lui dit : Ainsi parle dieu : Pourquoi transgressez-vous les commandements de l’Éternel ? Vous ne prospérerez point; » (2 Chroniques 24.20)

Que personne ne s’y trompe, bien que les devoirs du cœur fassent partie des choses les plus importantes de la Loi, les autres commandements de Dieu tels que le Shabbat, les lois alimentaires et bien d’autres, regorgent de secrets, de trésors et de bénédictions spirituelles. Ce n’est pas sans raison que le créateur et Maître de l’univers en a parlé avec insistance dans sa Torah ! Chaque commandement, même les simples lois alimentaires, sont des commandements spirituels importants selon que Paul le dit aussi :

« Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle; » (Romains 7:14) et encore : « La loi donc est sainte, et le commandement est saint, juste et bon. » (Romains 7:12).

« Ce sera là votre sagesse et votre intelligence aux yeux des peuples, qui entendront parler de toutes ces lois et qui diront : Cette grande nation est un peuple absolument sage et intelligent ! » (Deutéronome 4.6)

« Et quelle est la grande nation qui ait des lois et des ordonnances justes, comme toute cette loi que je vous présente aujourd’hui ? » (Deut 4.8)

Simple exemple : pourquoi pensez-vous que Dieu déclare que quiconque mange du porc rend sa personne abominable comme il est dit :

« Vous observerez la distinction entre les animaux purs et impurs, entre les oiseaux purs et impurs, afin de ne pas rendre vos personnes abominables » (Lévitique 20.25) ?

Cette loi n’est pas pour les sacrificateurs ni dans le contexte du temple, c’est une loi générale ! Le porc existe toujours et cette loi importante aussi !

N’est-il pas écrit : « Mais pour les lâches, les incrédules, les ABOMINABLES, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort. » (Apocalypse 21.8) et encore, dans une prophétie de la fin des temps : « Tous ceux qui mangent de la chair de porc, Des choses abominables et des souris, Tous ceux-là périront, dit l’Éternel. » (Ésaïe 66.17). Mes amis, ceci est la Parole de Dieu !

Dieu peut vous aimer profondément et vous avoir accordé la repentance et la foi dans le Messie mais alors, pourquoi feriez-vous ce qu’il déclare abominable ? Il vous aime et ses commandements sont pour votre bien.

A ce sujet, Dereck Prince a fait un très juste commentaire du Psaumes 119.127-128 :

« Parce que j’aime tes commandements plus que l’or, plus que l’or pur, et parce que je considère que tous tes préceptes sont justes, je hais chaque mauvais sentier » (Psaume 119 : 127-128).

Quelle est votre attitude envers les commandements de l’Éternel ? Est-ce que vous les craignez ? Est-ce que vous êtes irrités par eux ? Est-ce que vous essayez de leur échapper ? C’est une attitude de folie.

Souvenez-vous, l’Éternel nous a donné Ses commandements, non pour nous créer des problèmes, mais pour les résoudre, non pour nous faire du mal mais pour nous aider. L’amour de Dieu est dans Ses commandements. Ils sont donnés pour nous sauver de nous-mêmes, pour nous sauver du mal, pour nous montrer le chemin pour sortir de nos difficultés et de nos problèmes.

Le psalmiste a appris cela, et c’est pourquoi il a dit à Dieu : J’aime tes commandements plus que l’or, plus que l’or pur ». Qu’Est-ce qui est plus précieux que l’or ? Rien dans ce monde créé. Mais les commandements de Dieu sont infiniment plus précieux et le psalmiste l’a appris. Au lieu de s’enfuir loin des commandements de Dieu, d’en être irrités, de leur obéir à contre cœur, il a dit : « J’aime tes commandements plus que l’or pur ».

Et il a dit : « Parce que je considère que tous tes préceptes sont justes, je hais chaque mauvais sentier ». Vous voyez, quand nous aimons les commandements de Dieu et leur obéissons, automatiquement ils nous révèlent ce qui est faux. Ils nous montrent comment distinguer entre le bien et le mal, entre ce qui est un bénéfice et ce qui est nuisible. Et quand nous marchons à la lumière des commandements de Dieu, ils nous gardent de tout ce qui est nuisible, de tout ce qui est blessant, de tout mauvais chemin.

Ainsi donc, une personne manifestant certains fruits de l’Esprit tels que la patience, la bonté, la douceur, la tempérance, l’humilité biblique et n’abolissant aucun commandement de Dieu mais étant désireux de lui obéir et de grandir dans les commandements par Sainte Crainte de sa Parole et Amour de son Sauveur, cette personne là est vraie et sa foi lui est imputée à justice et le royaume lui sera largement accordé !

Effectivement, un des plus importants fruits de l’Esprit bien souvent non mentionné est tout simplement la fidélité à la Saine Doctrine, aux commandements de Dieu, fruits d’une vraie repentance ! Une telle personne n’aura pas de mal à dire avec David : « Je cours dans la voie de tes commandements, Car tu élargis mon cœur. » (Psaumes 119:32).

Donc, enseigner que la grâce nous dispense ou nous libère de la Loi de Dieu est une véritable fausse doctrine qu’il faut à tout prix abandonner car entraînant dans l’erreur beaucoup de monde et dont les conséquences sont infiniment plus désastreuses qu’on ne saurait l’imaginer.

Finalement, Paul nous définit avec simplicité un des rôles majeurs de la grâce, qui, loin de s’opposer à la Loi de Dieu, se marie parfaitement à elle : « La grâce nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété » (Tite 2.12). Comme nous l’avons vu avec le roi Josias, la piété consiste à faire des œuvres agréables à Dieu en observant ce qui est écrit dans la Loi de Dieu donnée à Moïse.

La grâce de Dieu est une faveur imméritée venant d’en Haut afin de racheter et de sauver une humanité perdue et rongée par le péché. La grâce de Dieu révélée en Yéshoua (Jésus) accorde le pardon des péchés, le pardon de toutes nos fautes commises dans le passé à la seule condition que nous nous repentions, que nous croyions en Dieu et en l’œuvre expiatoire du Messie et que nous décidions de suivre désormais les voies de Dieu.

La Fausse doctrine de l’abolition de la loi de Dieu puise une fois encore son origine dans les nombreuses déviations du catholicisme dont le protestantisme a hérité. C’est un sujet en soi, nous ne l’aborderont pas ici mais c’est important de le rappeler.

Lorsque vous enseignez que le plus petit des commandements peut-être aboli ou rendu caduc, c’est en vérité une brèche immense que vous faites dans la Saine Doctrine, brèche qui participe irrémédiablement à encourager la fausse doctrine de l’abolition de la loi et toutes les hérésies qui l’accompagnent. En vérité, il vaut mieux rester humble et ne pas savoir observer un commandement plutôt que de le déclarer caduc :

« Celui qui cache ses transgressions ne prospère point, Mais celui qui les avoue et les délaisse obtient miséricorde. » (Proverbes 28.13)

Pour approfondir ce sujet, nous vous conseillons vivement cet article : Observer la loi de Dieu donnée à Moïse (Torah) : bénédiction, malédiction ou être déchu de la grâce ?

Les temps sont courts, et si vous lisez ceci c’est très probablement que Dieu vous invite à la repentance car il vous aime et désire que vous cessiez de suivre les faux docteurs de ce siècle qui veulent laisser ceux qui les écoutent dans un large chemin et dans une absence complète de sanctification, abolissant les commandements de Dieu, tandis qu’en vérité, l’observation de la parole et des lois du Dieu vivant regorge de bénédictions et fait partie intégrante de la sanctification sans laquelle personne ne verra le Seigneur.

Oui, la parole immuable de Dieu demeure pour tous ceux qui se disent être les « enfants de Dieu » : « Je te prescris aujourd’hui d’aimer l’Éternel, ton Dieu, de marcher dans ses voies, et d’observer ses commandements, ses lois et ses ordonnances, afin que tu vives et que tu multiplies, et que l’Éternel, ton Dieu, te bénisse. » (Deutéronome 30.16) ; « Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. » (1 Jean 5.3)

Ne vous faites pas avoir mes frères et sœurs et rejoignez ceux, de plus en plus nombreux, qui ouvrent les yeux sur la vérité et se réveillent en se rangeant du côté des vierges sages. Oh oui, vous rencontrerez pour le coup des persécutions nombreuses de la part même des vos propres frères et sœurs mais cela fait partie de ce combat de la foi : acceptez le avec joie selon qu’il est dit :

« Les apôtres se retirèrent de devant le sanhédrin, joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le nom de Yéshoua (Jésus). » (Actes 5:41)

Face à ce réveil subtil, discret, caché mais oh combien authentique, de plus en plus de faux docteurs se lèvent contre la Torah et veulent enseigner et perpétuer le mensonge multi-millénaire consistant à faire croire que la Loi de Dieu serait aboli pour les chrétiens et que l’observer avec amour conduit à la malédiction ! Rejetez cela avec force : Dieu vous appelle à l’obéissance et à la sanctification au travers de la foi en Yéshoua notre sauveur et par la puissance du Saint-Esprit, vous contemplerez alors les merveilleuses bénédictions que Dieu a caché dans ses lois parfaites.

Évidemment et c’est une chose d’autant plus triste : bien des serviteurs de Dieu probablement réellement appelés par Le Seigneur, enseignent pourtant contre l’observation de la Loi de Dieu : bien souvent, ils le font par ignorance, pensant bien faire, mais ils sont en vérité eux-même victimes de cette apostasie aux racines millénaires très profondes. Parmi ces personnes, nous sommes convaincus qu’il y a ceux et celles qui ont l’amour de la Vérité et qui après avoir lu et médité ce dossier spécial, finiront par être convaincus par l’Esprit de Dieu et sa Puissante vérité déversés dans les Saintes Écritures.

Pour les autres, ceux qui ont finalement perdu cet amour de la Vérité et qui durcissent leur nuque et leur cœur, enseignant contre la loi de Dieu malgré les multiples avertissements de l’Éternel, Dieu leur envoie un jugement parfois pire que celui qui consiste à être châtié : Dieu les laisse suivre leur propres voies comme il est dit :

« Je me suis caché dans mon indignation; Et le rebelle a suivi le chemin de son cœur. » (Esaïe 57.17). C’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents. Plusieurs diront au jour du jugement : Seigneur, n’ai-je pas fais ceci ou cela pour toi ? Et Yéshoua leur dira : « retirez-vous de moi, vous tous qui commettez l’iniquité. » (Matthieu 7.23). Notez bien que le mot iniquité est le mot grec « anomia » dans le texte source. D’après le théologien Strong, ce mot signifie précisément le fait de transgresser la Loi ! Ce n’est pas rien ! Tout est clair !

Conclusion : La loi est une bénédiction pour ceux qui sont vraiment sauvés par grâce, qui aiment Dieu et qui ont la foi biblique d’Abraham. Le meilleur signe que vous êtes sous la grâce biblique de Dieu, c’est votre obéissance fidèle à Sa Parole et alors, malgré vos faiblesses et vos chutes, Dieu vous conduira assurément vers son Palais, là où il y a beaucoup de demeures et où Yéshoua vous a réservé une place.

Le Messie a souffert et il est mort pour vous offrir le pardon et que vous cessiez de transgressez la Loi de son Père. Allez-vous fouler au pied le sang de l’alliance ou décideriez-vous d’obéir aux commandements de Dieu afin de glorifier le Fils et le Père ?

« Vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. » (1 Corinthiens 6:20)

Oui : « Vous avez été rachetés à un grand prix; ne devenez pas esclaves des hommes. » (1 Corinthiens 7:23)

« Au roi des siècles, immortel, invisible, seul Dieu, soient honneur et gloire, aux siècles des siècles ! Amen ! » (1 Timothée 1:17). Soyez pleinement bénis et gardés dans les voies droites du Seigneur en Yéshoua le Messie d’Israël qui gardait la Torah de son Père au fond de son cœur et qui demandait à ses disciples de faire de même, aujourd’hui encore !

La grâce et la Loi : ennemies ou amies ? par RencontrerDieu.com | ©Valerie Sha Live Blog

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

➤ Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

■ 1 - Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
■ 2 - Dans le menu déroulant, cochez Nom/URL
■ 3 - Saisissez votre prénom (ou pseudo) après l'intitulé Nom (Ne faites pas attention au mot " U R L " ! Écrivez simplement votre prénom)
■ 4 - Cliquez sur Publier commentaire

Merci à tous ♥ pour vos commentaires !